FluTrackers

Tracking Infectious Diseases since 2006

PayPal Verified medpedia.com

FluTrackers.com Inc. is a 501(c)(3) charity

Nederlandse taal Foro de Español de FluTrackers Francophones des FluTrackers Forum Italiano FluTrackers Latest Posts

www www.flutrackers.com



Go Back   FluTrackers > Autres défis > Crise financière > Europe > Grande-Bretagne

Reply
 
Thread Tools Search this Thread Display Modes
  #1  
Old January 1st, 2009, 08:19 AM
Diane Morin's Avatar
Diane Morin Diane Morin is offline
Éditeur et Directeur de Francophones des FluTrackers
 
Join Date: Mar 2007
Location: Ville de Québec
Posts: 33,456
Default Grande-Bretagne: situation économique et impacts

GB : Brown met en garde contre une année plus difficile
2009-01-01 21:05:49 cri


Le Premier ministre britannique Gordon Brown a mis en garde jeudi ses compatriotes contre une année "pas facile" pour le pays affecté par la crise financière né aux Etats-Unis.

"L'année prochaine ne sera pas facile, mais je suis persuadé que ce gouvernement sera le socle de stabilité et d'impartialité duquel le peuple britannique peut dépendre", a déclaré M. Brown, dans son message du Nouvel An.

L'échelle et la vitesse de la crise financière mondiale sont quasiment écrasantes, a indiqué M. Brown. Cependant, il s'est déclaré convaincu que le peuple britannique "peut se lever et se lèvera" pour répondre aux graves défis, "parce que nous ne sommes pas un peuple parresseux nous nous sommes toujours levés devant chaque défi, nous pouvons répondre au défi de la sécurité, le défit de l'environnement et à l'énorme défi économique".


http://french.cri.cn/181/2009/01/01/81s181092.htm
Reply With Quote
  #2  
Old March 7th, 2009, 05:56 AM
Diane Morin's Avatar
Diane Morin Diane Morin is offline
Éditeur et Directeur de Francophones des FluTrackers
 
Join Date: Mar 2007
Location: Ville de Québec
Posts: 33,456
Default Re: Grande-Bretagne: situation économique et impacts

Economy


Britain's Great Depression?
By Nadeem Walayat
Feb 17, 2009, 21:02



Editor's Note: In the following article, Nadeem Walayat (Market Oracle) provides an excellent in-depth analysis of current economic conditions in Great Britain. While his study of Britain's economy provides authoritative insight, it is surprising that he gives so little real estate to workers, upon whom the economy depends. In his section, "Workers In revolt, What's the Answer?", Walayat's "answer" to the "worker revolt", incomprehensibly, seems to imply that immigrant workers are the problem.
"As the financial world still reels from the effects of sub prime and the real estate meltdowns in the USA and the UK and as government representatives and financiers and commentators all run around like headless chickens looking for some other guy to blame for the fiasco, it is time to put the record straight. Most everyone talks about 'Sub Prime' and 'The Global Credit Crunch' as if it was a mystery virus which suddenly appeared out of the blue like avian flu! It wasn't: the whole thing was totally predicable and certain: there was a huge inevitability that was created by slack regulation, fiscal desperation and the old enemy: greed.
- Michael C. Feltham
Axis of Logic
Also read the predictions Michael Feltham made as early as 2004 in his Axis of Logic column, "Feltham on the Economy": The Worm in the Big Apple (Jun 6, 2004), The Parlous Condition of Britain's Economy!(Jun 30, 2004) and Why the British Economy Will Plunge Into Depression in July, 2008. And don't miss the C-Span video of Paul Kanjorski below, Congressman from Pennsylvania: $550 Billion Disappeared in "Electronic Run On the Banks"
- Les Blough, Editor



Britain's Great Depression?
By Nadeem Walayat
The Market Oracle


The purpose of this analysis is to map out to the trend of the UK recession for 2009 and 2010 in terms of depth, the bottom and the potential recovery. The most recently released GDP data shows that the UK economy actually did fall off of the edge of a cliff during the fourth quarter of 2008 by contracting by a shocking 1.5% GDP. This compares against the governments recent forecast for 2% GDP contraction for the whole of 2009 which paints a picture of gross under estimation of the actual extent of the degree of economic contraction that is taking place at this time, and hence the adoption of the easy going terminology of "Quantative Easing" to hide the truth of money printing on a scale that could bankrupt Britain, the evidence of which has been played out in the currency markets with sterling's fall to a 23 year low against the dollar, a fall of over 30% in barely 6 months.

The fourth quarter GDP crash of 1.5% is far higher than expected and explains why the government panicked as evident by the deep interest rate cuts from 5% to 1% in just 4 months. The rate cuts are in addition to the £1 trillion banking sector bailout liabilities. The rate of contraction at 1.5% per quarter implies an annualised collapse in the UK economy of 6% which would amount to loss of national income of £72 billion, against which the government has so far committed £40 billion in the form of tax cuts, industry support and stimulus packages. However the deviation of the trend for 2.5% growth per annum puts the gap at an additional £30 billion per annum.

The £1 trillion committed towards halting the banking sectors collapse on face value seems like a huge amount that should kick start lending, however this should be set against contraction of an estimated 30% of the UK credit market or £1.2 trillion as distressed foreign banks pulled the plug on UK operations, on top of which we have had housing market deflation of £250 billion, and stock portfolios erasing a further £400 billion, which sets the £1 trillion of injections and liabilities against deflation of an estimated £1.85 trillion.

The recession looks set to run throughout 2009, with the consensus view forming pf the opinion that the recession will be the worst since the Great Depression of the 1930's during which time the UK economy contracted by 10%, the question now being raised is whether Britain is heading for its own Great Depression on a scale worse than that of the 1930's ?

Britain's Great Depression of the 1930's

Britain's GDP during the 1930's Great Depression fell by 10%, which on face value compares favourably against that of the United States that saw GDP contract by 30%. However unlike the United States, Britain did NOT boom during the 1920's on the contrary the 1920's was a period of stagnation that started out with the Depression of 1918 to 1921 that saw GDP fall by 25%. Therefore Britain's Great Depression in fact started in 1918 and did not end until 1937 and therefore lasted nearly 20 years. However in today's economy, Britain is coming off of a 10 year+ boom, therefore even a 10% contraction would not be on the scale of what Britain experienced during its Great Depression. However the argument could be made that having enjoyed a boom, Britain subsequent bust will unwind much of the gains made during the past 10 years as the United States experienced during the 1930's, therefore this suggests economic contraction on a greater scale than that of the 1930's, especially if protectionism takes hold which was the nail in Britain's economic coffin during the 1930's.

British GDP Has Already Collapsed by 30%

British GDP (AMBI) at the end of 2008 is estimated at £1.275 trillion, against £1.267 trillion at the end of 2007. However sterling has collapsed against major global currencies by 30% or more, which translates into a real terms collapse in the countries GDP of 30%, i.e. 2007 GDP of $2.7 trillion has now fallen to $1.8 trillion a collapse in GDP of over 30%. The Government, Bank of England and FSA are failing in their primary duty which is to preserve the purchasing power of the currency.
The Labour government has destroyed the purchasing power of the British Pound by 30% so as to save on 1% or 2% on the actual officially published GDP data during 2009. That's a price of 30% for a net benefit of at most 1.5% which will still not prevent a deep recession from occurring. Quantative Easing is madness personified which for several months had been supported by the mainstream press which my November article illustrated -Bankrupt Britain Trending Towards Hyper-Inflation? , which sacrifices long-term growth for possible short-term benefit
Therefore whatever is the conclusion of this analysis in terms of sterling GDP contraction during 2009, what readers need to remember is that the real purchasing power of Britain's currency loss of 30% means that the countries GDP has already been sacrificed in lieu of hoodwinking the electorate into believing that things are not as bad as they actually are.

British Pound Crash Failing to Boost Manufacturing

Manufacturing was supposed to the save the economy from the economic bust in the light of sterling's 30% devaluation, however given the collapse in global trade and demand which has put paid to that false assumption, as I pointed out over 6 months ago, sterling's fall will not benefit Britain as the manufacturing base of the country has shrunk to such as small sector of the economy that it cannot hope to offset the Financial sector's depression which once contributed more than £40 billion in profits a year to Britain's bottom line, and now is consuming tax payers fund to the tunes of several hundreds of billions into an ever expanding black hole.
To make matters worse the crash in the oil price has hit UK North Sea oil foreign exchange earnings and therefore contributes to sterling's downtrend with an exchange rate drop of 30%+ that offsets a large part of the benefits of the fall in crude oil prices. In fact we may reach a point in the near future of rising petrol prices despite continuously depressed crude oil prices, which the analysis of 8th December ( Crude Oil Forecast 2009- Time to Buy?) concluded would remain depressed for the duration of economic contraction i.e. probably the whole of 2009.

UK Interest Rates

The February rate cut to 1% fulfills the forecast target for 2009 (4th Dec 08 - UK Interest Rates Forecast to Crash to 1% ). ,The next stop would be a similar Zero Interest Rate Policy (ZIRP) as that adopted by the United States that have cut their interest rate to 0.25%.

Whilst the base interest rate stands at 1%, the 3 month libor rate is at 2.14% and the real economic interest rate is at 3.54%, which clearly indicate evidence that the banks are still refusing to the lend and in-effect hoarding government bailout cash injections much of which is being used to reward bonuses to culpable staff.

Financial Armageddon.... Postponed?

2 minutes and 20 seconds into this C-Span video clip, Rep. Paul Kanjorski of Pennsylvania explains how the Federal Reserve told Congress members about a "tremendous draw-down of money market accounts in the United States, to the tune of $550 billion dollars." According to Kanjorski, this electronic transfer occurred over the period of an hour and threatened a further $5 trillion to be drawn out triggering a total collapse of the Worlds Financial System, which then prompted Hank Paulson's emergency $700 billion TARP bailout action.


Video Served by Youtube
Following Septembers close call with financial armageddon the governments of the world have been busy recapitalising bankrupt banks with tax payers monies, however the $500 trillion derivatives monster continues to deleverage and thereby implying that the risks of financial armageddon have only marginally improved on September 2008. There still exists the high potential risk of financial and economic collapse that would be accompanied by extreme currency market volatility.

Bankrupt Banks - HBOS Blows Up in LLoyds TSB's Face

The shot-gun wedding between HBOS and LLoyds TSB last September in the amidst of the financial markets panic following Lehman's bankruptcy to prevent another Northern Rock nationalisation is increasingly blowing up in Lloyds TSB's face as yet again the reassuring words that bankers say one week turn out to be completely untrue. The Lloyds Chairman was congratulating himself barely 3 weeks ago of how the takeover would result in cost savings of £1.5 billion per year. With today's announcement of a £10 billion loss by HBOS for 2008 shatters the Chairman's illusion and Lloyds TSB's balance sheet, as ever it will not be the bankers that pay the price but the tax payer. Already the UK Tax payer has pumped in capital injections of £18 billion into the LLoyds TSB HBOS group.

The Lloyds TSB share price crashed by nearly 50% on the news to close at just 61p valuing the bank at just £10 billion, which is set against UK Tax payer capital injections of £18 billion which therefore values tax payers £18 billion investment at just £4 billion, or a £480 loss suffered by every UK tax payer. As I have warned several times over the past 6 months, the government propaganda of actually making a profit on these capital injections into bankrupt banks is an illusion which is now being borne out.

Given the size of the HBOS and Lloyds TSB loan book, then that £10 billion loss is just the tip of the ice berg as 2009 will turn out to be a worse year than 2008 in economic terms as £10 billion of share holder equity cannot hope to defend against a loan book well in excess of £1 trillion, where even a further 1% loss due to bad debts would equate to more than total shareholder equity, and given the crash in UK house prices of 20% to date with a further 18% expected as per the UK housing market forecast, I cannot imagine how the bank can hope to survive in its present form.

HBOS Bankrupting Lloyds TSB

Lets get one thing straight, LLoyds TSB / HBOS is to big to be allowed to fail, therefore in this crisis there are two measures of bankruptcy without loss of banking operations and they are
  • Nationalisation , where in effect the shareholders lose all off their holdings and in effect the bank is bankrupt as far as they are concerned, and

  • Capital injections that dilute existing shareholder equity and increase tax payer exposure, in this regard the governments current holding at 43% of the group is pretty close to the magic 50.1% majority shareholding level that to all intents and purposes means nationalisation by the backdoor, and given the £10 billion loss it is only matter of time before further capital is injected into Lloyds TSB / HBOS, therefore it is highly probable that the bank will be effectively become bankrupt as far as shareholders are concerned sooner rather than later as has occurred already with the Royal Bank of Scotland where the governments holding now stands at 78% which is just a stones throw away from full nationalisation and as Northern Rock shareholders have found out, nationalisation results in the 100% destruction of shareholder equity as I warned of before Lehman's went bust (09 Sep 2008 - BANKRUPT Banks Wiped Out by Tulip Backed Securities)
Lloyds TSB / HBOS Depositors

Many customers holding accounts across the two banks are worried that they are now unnecessarily exposed in terms of the FSCS £50k guarantee per financial institution. In this respect I have some good news in that the guarantee is per licence, and as HBOS retains a separate licence to Lloyds TSB which means that savings are guaranteed at £50k per person per bank i.e. a £100k guarantee across both banks.

LLoyds TSB / HBOS Service

The 30 million or so customers of the giant UK retail bank will experience a deterioration in the quality of service as costs are cut and the number of staff that services the client base is significantly reduced this means less branches and less counter staff and therefore longer branch queues and greater difficulty in resolving account issues. Also the merger of the two has yet to be processed in terms of combining operations that was purported to save £1.5 billion per year, therefore expectations are for much disruption in client account operations especially where queries requiring manual intervention to be resolved.

Nationalisation - The Only Solution

The banks are bankrupt ! The only things keeping them alive is tax payer moneys in the form of capital injections and loans that are now nudging above £1 trillion. The only real solution as I highlighted last November ( Bankrupt Britain Trending Towards Hyper-Inflation?) is for the systematic nationalisation of all of the retail banks, where each bank is MADE INSOLVENT, then the profitable assets nationalised and quickly restructured with new competent management and re-privatised with clear limits on its business plan so as to avoid trading in any Securitized debt and a ban on any money market borrowings which are the prime reason the banks are now exposed to bankruptcy. Other controls should be placed on pay limits across the group so as to prevent the culture of bonuses that has destroyed the banks. Also retail banks should always be limited to operating within the means of their depositor base, which is how 99.9% of the public assumed was the way they operated.

IMF Revises UK GDP Forecast Again.

The IMF has revised its GDP forecast for the UK economy for 2009 from -1.5% (November 2009) to -2.8%, and the forecast for 2010 is now +0.2%. The forecast still seems overly optimistic in the light of UK fourth quarter GDP contraction of -1.5%. The IMF has a good track record of being WRONG, overly optimistic forecasts that are continuously revised lower.

The Institute of Fiscal Studies Talking Sense

Finally reports from mainstream institutions are starting to emerge that reflect the crash in the UK economy that will hit the economy hard for many years after the recession ends. The IFS in a recent press release states :
"Treasury figures suggest that the credit crunch will cost the Exchequer an ongoing 3.5% of national income (or a little over £50 billion a year in today’s terms) in lost tax revenue and additional social security spending. This excludes any long-term impact from the Government’s interventions in the financial sector, although even a large one-off loss adding to public sector debt should increase the ongoing cost in extra borrowing relatively modestly compared to the impact already reflected in current Treasury forecasts.

"In the PBR the Treasury signaled spending cuts and tax increases starting in 2010–11 and raising 2.6% of national income (£38 billion a year) by 2015– 16. If the public finances evolve as the Treasury hopes, this tightening would have to remain in place until the early 2030s before debt returns below the ceiling of 40% of national income Gordon Brown set as one of his two fiscal rules in 1997. So there is no prospect of a Government being able to readopt these rules any time soon. We hope they will be reformed in any event.
"Unfortunately, the Green Budget does not expect tax revenues to grow as strongly as the Treasury hopes over the next few years. In the absence of any additional spending cuts or tax increases, we forecast that the Treasury would have to borrow 1.5% of national income more in 2015–16 than it predicted at PBR time – even if the economy performs no worse than expected in the PBR. This would take public sector net debt above 60% of national income, from where it would decline only very gradually over subsequent decades."
The key point is that the IFS states that the Uk will run a 1.5% budget deficit until 2016, and UK debt is not expected to return to below the ceiling of 40% of GDP until 2030 from a rate above 60%. This therefore supports my scenario that after the recession the UK will be heading for many, many years of stagflation.

Confederation of British Industry Forecasts 3.3% 2009 Contraction
The CBI - The UK's leading business group predicts the recession, which began in the third quarter of 2008, will last throughout 2009. The economy is expected to contract by 3.3 per cent and unemployment will reach close to 2.9 million by the end of the year. After six quarters of negative growth, the economy is expected to stabilise early next year with the recovery building throughout 2010.


The CBI predicts the economy will contract by a cumulative 4.5 per cent over the six quarters of negative growth. GDP growth for 2009 has been revised down from -1.7 per cent in November to -3.3 percent. In 2010, GDP growth is expected to be 0.0 per cent.

The impact of the recession and the fiscal stimulus will take a toll on the public finances with net borrowing for 2009/10 expected to reach £149 billion and £168 billion in 2010/11, which represent 10.6 per cent and 11.8 percent of GDP respectively.

The CBI is clearly following hot on the heels of the IMF in doubling its rate of contraction for the UK economy from Novembers -1.7% to now -3.3%. The key point here is the CBI now recognises that government borrowing is set to soar for the tax years 2009-10 and 2010-11 totaling £317 billion, up £100 billion and now virtually identical to my forecast of November 2008 of £314 billion, did the CBI read my forecast ?

UK Money Supply

One of the key driving forces of the 1930's Great Depression was the collapse in the money supply of the United States that fell by 25% and was tracked lower by GDP. However that lessons appears to be have learned given the amount of Quantative easing taking as both the US and UK governments embrace the money printing presses in an attempt to stop deflation from taking hold and thus igniting another Great Depression. Yes, rampant growth in the money supply is inflationary, however the money supply adjusted for the velocity of money paints a truer picture a the below graph illustrates



UK Money supply M4 (blue) has risen sharply from the 10% targeted low of mid 2008 to the current level of 16.6%, on face value this is highly inflationary and has been taken by many economists and market commentators to suggest much higher forward inflation. However the money supply adjusted for the velocity of money which takes into account the state of the economy as a consequence of the credit freeze tells a completely different story. The UK economy is now in extreme real monetary deflation of approaching -15%. The leading indicator of the implied money supply, is suggesting recent deep interest rate cuts will lift future money supply growth out of extreme deflation, however it will still be far from supporting the levels north of 15% which accurately forecast forward inflation during 2008.

Therefore the primary objective of the UK government is to prevent a deflationary downward spiral from taking hold at ANY COST. The Bank of England has been instructed to ignore inflation, and focus wholly on preventing DEFLATION. The price for this will be higher future inflation IF they succeed in preventing the deflationary downward spiral that if they fail WILL result in a another GREAT DEPRESSION. For more on the impact of economic deflation, download the world's foremost expert on and proponent of the deflationary scenario, Robert Prechter's FREE 60-page Deflation Survival eBook

UK Inflation

The Bank of England's quarterly inflation report forecast UK inflation of just 0.5% in 2 years time, with the UK economy now forecast to have fallen by GDP 4% by the middle of this year. It was not so many months ago that the Bank of England was forecasting growth of 2% for 2009.

Bank Governor Mervyn King implied by his accompanying statement that he does not have a clue what he is doing, as the UK economy under his and Gordon Browns collective stewardship continues to fall off the edge of a cliff, the Bank of England Governor stated :
“The United Kingdom economy is in deep recession. The length and depth of the recession will depend to a significant extent on developments in the rest of the world, where a severe economic downturn has taken hold.”
The economy faces its deepest recession since the post-war years of 1945 and 1946, and its worst peace­time decline since 1931.

The Bank is likely to reduce interest rates further, perhaps to as low as zero, in an attempt to prevent the downturn becoming worse than the depression in the 1930s.

It will resort to new drastic measures to pump extra cash into the economy as soon as this week.

Unemployment – which hit 1.97 million yesterday – will rise further and house prices will continue to fall in the coming months.

My commentary during the summer months of 2008 seems to have been proved accurate in that the BoE MPC at those monthly meetings remained paralysed by the fear of inflation and more or less sat sipping tea and conversing about the weather whilst the economy continued to burn towards the fourth quarter crash.
What is the Governments Solution ?

Quantative Easing aka Printing Money - The consequences of which are that Britain is at increased risk of bankruptcy as I first warned off in April 2008 following the first print run of £50 billion by the Bank of England and reiterated on a near monthly basis since ( archive ), with the most recent article ( UK Interest Rates Crash to 1% New Record Low) updating to the current position of Britain's path towards bankruptcy.
The British Pound responded to the Bank of England's report by resuming its bear market after the correctly forecast bounce from £/$1.37 to above £/$ 1.45 and now again on route towards parity to the U.S. Dollar. (21st Jan 09 - British Pound Panic Selling, Counting Down to Bankrupt Britain )

FSA - Who Should Regulate the Regulator?

To illustrate the point in how wide the gap is between competent regulation of the UK banking system and how it is actually being regulated by the FSA, not just before the credit crisis broke in August 2007, nor in the immediate aftermath which witnessed the run on Northern Rock Bank, but to this very day some 18 months on as witnessed by the resignation of Sir James Crosby, Gordon Browns own appointment as the Deputy Chairman of the FSA on allegations that during his tenure as the head of HBOS (Halifax), he sacked Paul Moore due to the alleged complaints he had made about the banks risk taking that had not been properly minuted at HBOS board meetings.

Deflation of 2009 Will Eventually Turn to Inflation

My earlier analysis of the UK inflation concluded that the UK is heading for real deflation during 2009, with the RPI inflation measure expected to go negative by mid 2009 by targeting -1.2% . The expectations are for similar deflation across the world, as deficit spending stimulus packages cannot hope to compete against the ten times the amount of planned stimulus. The analysis also concluded in that the immediate risks to the forecast are to the downside i.e. prices spiking lower than expected.



This therefore implies for further stimulus packages far beyond that which have been committed to date, with all of the associated consequences of collapsing currencies under the weight of growing deficits and liabilities which sets the scene for higher future inflation as the deflationary impact of collapse in crude oil during the second half of 2008 starts to leave the inflation indices during the second half of 2009, thereafter the deflationary forces of contracting economies will compete with the inflationary forces of money printing and rising commodity prices.

UK Unemployment

UK unemployment shot up by 48,000 for November 08 data to 1.97 million, and remains on target to bust above 2 million on release of data for December 2008. The unemployment claimant count soared by 11% for January to 1.28 million, up a shocking 129,000 on the month and confirming that the pace of unemployment is accelerating as the economy fell over the cliff during the fourth quarter.

My original UK unemployment forecast based on July 08 data is for unemployment to rise to just above 2.5 million by April 2010, however the UK economy continues to deteriorate at an alarming rate with projections of a severe recession of more than a 4% GDP contraction implies that the UK is heading for an unemployment rate that could pass above 3,000,000. The jump in claimant count alone for Dec 08 and Jan 09 totaling 226k implies sharply higher unemployment for December and January, this despite the fact that he unemployment statistics are heavily manipulated to under report true unemployment which would be nearly 6 million higher if all those of working age (16 to 64) were included in the data.
The real number of unemployed in the UK now stands at 7.86 million for November as the below graphs illustrate, the actual dip in total inactive is due to net migration as eastern european workers are apparently returning home in the face of increasing difficulties in the UK labour market.




Gordon Brown Bankrupting Britain to Win the Next Election

The indepth analysis of November 2008 illustrated why Gordon Brown is well on the route towards bankrupting Britain as the liabilities by 2012 will exceed £3.5 trillion from £1.5 trillion at the end of 2007, as the prime consideration for the Prime Minister is to win the next election at clearly ANY COST.


The above liabilities do NOT include the £5 trillion of additional liabilities should the government be forced to nationalise virtually the whole banking sector. However, again people need to realise that the future gets discounted in the present, which is why the Bank of England, Treasury and Government policy makers do not comprehend that they cannot embark on the route towards £3.5 trillion plus of liabilities without the market reacting by selling out of the currency long before the country arrives at the debt destination. The effect of this is to make the current crisis far worse as the market seeks to discount the over 80% of the £5 trillion banking sector debt which is denominated in foreign currencies. Therefore the facility to inflate out of debt through "Quantative Easing" does not work, as the repayments have to be made in foreign currencies against which the countries debt burden rises as the currency falls and therefore puts Britain's banks under greater pressure. The impact on the economy is deflationary whilst import prices rise thus suggesting a stagflationary outlook or worse.

On top of ever expanding public liabilities that at the end of 2008 stood at an estimated £2 trillion, there is also the private s
ector debt of £2 trillion weighing down on the economy and sterling.

Time is running out for the government, forget 2011, 2010, even mid 2009, a currency collapse would bring the debt crisis to a head within a matter of days. Just as occurred with Iceland as it did not take 3 or 4 years for Iceland to collapse into hyper-inflation, it took 3 or 4 days!, as I warned off in the article Iceland Going Bankrupt? , and subsequently warned that all of the conditions that led to the bankruptcy of Iceland are present in the UK.

Workers In revolt, What's the Answer ?

In Britain workers have been in revolt against foreign workers shipped over from mainland Europe when their exists a mass of domestic unemployed labour. Britain's free market attitude towards the labour market whilst working well during the boom times and in a level playing field, however what exists in much of Europe is not a level playing field with labour restrictions and subsidies increasingly becoming the norm. Take steel workers, in Yorkshire, Corus has announced 8700 job losses whilst in Holland 6,500 Corus steel workers receive 70% of their pay from the government. Off course this is one of the benefits of being in side the EURO which allows one to get away with such action by a country such as Holland without paying the price in terms of currency collapse.
Whilst this is a help in the short-term however as the 1970's and 1980's illustrated supporting loss making industries in the long-run is the sure fire way towards economic stagflation. Therefore whilst there is undoubtedly much pain in store amidst a global economic downturn, there is no long-term advantage towards subsidising zombie industries for which demand is collapsing. It would be better for the government to pay for the re-training of workers for new technologies and industries that will conqueror the world coming out of recession then keep them stuck in industries in terminal demise.

Bailout of the Auto Industry

Conservatives Whistling in the Wind - The conservative party, as embodied by Kenneth Clarke seems to understand the problem even less than the labour government by calls for the underwriting of car loans to support the auto industry. The flaw here is that 86% of cars bought into the UK are imported therefore such an exercise would for £1 underwritten, 86p would be supporting foreign manufacturers.

Collapse of the Euro ?

Many commentators are contemplating the death of the europe due to countries with-in the Euro-zone pulling in opposite directions such as Ambrose Evans-Pritchard who has apparently declared war on the Euro. I would happen to guess that the vast majority of these Euro doom commentators FAIL to understand or conveniently ignoring that had countries such as Ireland been outside of the Euro then they would already have collapsed Iceland style. Therefore the current crisis has in effect strengthened the Euro domestically regardless of what the rate does against the Dollar and other currencies. Domestically there is fear amongst many of the smaller countries within the Euro of what would happen to them IF they were outside the Euro and therefore the risks of a Euro collapse are vastly exaggerated. On the contrary countries such as Iceland who were vehemently anti Euro will be lining up to join the Euro as soon as their economy has Stabalised as the risks of being outside the Euro are infinitely greater than being in the Euro.

Right across Europe Euro Skeptics have been sidelined by the collapse of the banking system that emanated out like a contaigent form the United States as every countries greedy banks sought to capitalise on the collatorised debt bubble. Clearly the Euro has been a life saver to many small countries under which umbrella has allowed the countries to undertake extreme measures that would not have been possible outside of the Euro right across the continent. From Ireland guaranteeing 100% of bank deposits, to Holland and many other countries subsidising wages upto a rate of 70% to keep workers employed. Unfortunately for Iceland, their own banks extreme level of greed and the populations fierce independence has led to the destruction of that economy.

Protectionism on the Rise

One of the primary reasons why the 1929 crash resulted in the Great Depression was because of the rise of protectionism and the collapse of global trade.

Demonstrations and many heated discussions are taking place right across the developed world to protect workers from foreign labour, more so in countries with huge trade deficits that have effectively exported their manufacturing base abroad i.e. the United States and Great Britain, against these are countries that rely heavily on exports such as the fast developing countries of China, India and developed counties of Germany and Japan.

The arguments on both sides are convincing. My own personal take is that there should be a level playing field, if there is then everyone wins, if there is not then one side loses and the other side wins. Unfortunately we are NOT living in a era of a level playing field, this is particularly true where China and other asian countries are concerned as they seek to manipulate their currencies lower and thus interfering with the normal working of the market that will tend to correct trade imbalances. Clearly the zero interest rate policy is a response to this in that the western governments are in effect punishing countries that seek to manipulate their exchange rates and therefore subsidising western budget deficits. However the severe recession itself will go a long way to correcting unsustainable trade imbalances as global trade collapses.

UK Retail Sales

Headline retail sales bounced strongly in December rising by 2% to an annualised 3.7% as distressed retailers slashed margins on stock to avert bankruptcy amidst price cutting in the wake of heavily discounted stock in the closing down sales of major retailers such as Woolworth's , Zavvi and Adams, that collectively account for some 50,000 jobs.

The expectation that over Christmas and January retail sales activity 'should' rise due to discounting materialised as our European and American cousins boosted retail sales volume by benefiting from the 30% crash in sterling which means the already liberally advertised 20% discounts translated into a 50% discount for European shoppers, much as Briton's benefited not so long ago from the cheap shopping trips to New York at an exchange rate north of £/$2.00.

However as earlier analysis suggested that the fall in sterling will result in much higher high street consumer prices during 2009 as those retailers that have not gone bust seek to replenish stocks at much higher prices during 2009. This confirms analysis that the January Sales for Britons may prove to be more illusionary than real as the fall in sterling has already soaked up corporate margins.

Retail Sales Trends



The above graphs illustrate the strong rebound in retail sales, both headline and real retail sales trend that has moved out of deep deflation. However as per the points mentioned earlier, it is highly unlikely retail sales volume will grow past the January sales season into February 2009 and March 2009, in the face of heavy job losses and retailers going bankrupt.

For more on the impact of deflation, download the world's foremost expert on and proponent of the deflationary scenario, Robert Prechter's FREE 60-page Deflation Survival eBook

UK Housing Mortgage Market Lending Crash

The Council of Mortgage Lenders (CML) mortgage lending data released today shows a 49% crash in the number of mortgages granted to home buyers to just 516,000 which is the lowest number since the mid 1970's property crash. There were 32,000 house purchase loans in December, a decline of 5% from November and the lowest level since monthly records began in 2002.

Michael Coogan, CML director general, said: "The shortage of mortgage funding and reduction in the number of active lenders has reshaped the mortgage landscape in the space of a year. This low level of transactions is insufficient for the functioning of an efficient market.

"Measures are now in place to seek to restore the flow of funding to the mortgage market, but this will take time to feed through. Further action may still be necessary to increase transactions, stabilise prices and restore confidence."

The CML data supports that of the British Bankers Association BBA which saw the total amount outstanding contract from £524 billion to £496 billion.


However on a marginally brighter note mortgage lending for house purchases rose from record lows during December 2008, which implies that the flood of tax payers money amounting to more than £1 trillion, coupled with angry arm twisting pressure from both the government and Bank of England on the part or wholly nationalised banks such as HBUST , Northern Pebble , Bradford & Bunglers and RBF'd-up is starting to show at the very least a pause in the crash of the mortgage lending market, which helped to contribute towards a small bounce in the house prices for January 2009 that my next article will elaborate upon.

UK House Prices

A cheer went up amongst housing market participants across the land as UK house prices rose by nearly 1% in January 2009 as measured by the Halifax. However the government is throwing everything including the kitchen sink at the housing market to bring about a halt to the ongoing crash in nominal terms. The amount of money printed has mushroomed from the £50 billion of April 2008. that I warned was just the tip of the ice-berg that would soon mushroom into the hundreds of billions, we are now in the process of leaving the hundreds of billions behind and moving into the trillions, sums that seriously risk the bankruptcy of Britain.
The mainstream media has jumped on the one month bounce to start contemplating the return of the housing bull market i.e. The Times reports - The 10 towns where house prices will bounce back first - " Property website's recorded a surge of activity in the first few weeks of this year, estate agents had a busier January than previous months and Halifax even reported a small rise in house prices."

UK Housing Market Affordability and Interest Rates

The February rate cut to 1% fulfills the forecast target for 2009 (4th Dec 08 - UK Interest Rates Forecast to Crash to 1% ). with the next stop a similar Zero Interest Rate Policy (ZIRP) as that adopted by the United States that have cut their interest rate to 0.25%. The deep cuts in interest rates whilst not wholly passed on have resulted in a fall in the economic rate of interest from over 6% in September 2008 to 3.54% today. This is having a positive impact on the affordability despite the recession and hence supportive of house prices in the short-term.


UK House Price Forecast 2007 - 2012

The rise in UK house prices during January 09 brings a pause to the house price crash that is now into its 18th month as the above graph illustrates as per the updated house price forecast that covers the trend into 2012 which projects for a total drop from peak to trough of 38%. However, as I have warned many times over the past 18 months, the government has in its power the ability to print money to bring nominal house price falls to standstill, this money printing is now quaintly termed as "Quantative Easing" so as to hide the truth and mask the continuing crash in house prices that despite the opinion of the mainstream press by the likes of Anatole Kaletsky and Ambrose Evans-Pritchard HAS put Britain on the path towards bankruptcy, as explained in the depth analysis of November 2008 - Bankrupt Britain Trending Towards Hyper-Inflation?

The Labour governments primary objective remains to maximise its chances of winning the next election, this will be to the detriment of future growth as the consequences of printing money and the exploding debt burden risks a currency crash that at best means many years of stagflation and at worst hyperinflationary bankruptcy along the lines of the Weimar Republic and the most recent example of Iceland. This is evidenced by the following graph of UK house prices in terms of inflation, and our key trading partner the United States (U.S. Dollar), with a similar fall observed against the Euro.



The above graphs clearly illustrate that the UK housing market has crashed by 25% (real terms) and over 40% (U.S. Dollar / Euro) which is having a severe impact on the UK economy as the real deflation of a 40% loss of value of house prices added to the more than 50% of that of stocks is tipping the UK economy towards economic depression. Therefore home buyers need to guard against the ILLUSION of stabilising house prices whilst the real terms crash in house prices continues.


UK House Prices Regional Trends

While average house prices as of December 2008 are down 20%, in terms of price crash experience Northern Ireland tops the list at 35%, meanwhile Scotland continues to buck the trend by only registering a 6% drop to date.

Commercial Real Estate Bust of 2009

As the retailers go bust, financial institutions close or get down sized, and corporations go bust, this is going to lead to a crash in the value of commercial real estate that has already begun.

UK Financial Sector

The financial sectors of all of the countries of the world are already in a deep depression, which is leading to contraction across the whole globe against which governments are battling with ever larger stimulus packages, however Britain with its extraordinarily large financial sector was always destined to suffer the most, more so then other large developed european countries such as France and Germany. Therefore all the talk by Gordon Brown showed a great deal of bare faced cheek when he repeatedly stated how Britain was best faced to face the global economic downturn when in fact the exact opposite was true. The United States estimated bank losses are in the region of $2 trillion, UK bank losses are estimated to be $1 trillion, the only problem here is that the UK economy is only about 1/7th the size if the U.S., therefore British banks are exposing the UK tax payer to 3 times the losses as U.S. tax payers hence the reason why sterling is being dumped, which as much of the debt is denominated in foreign currencies has the effect of making matters worse as the value of the debt rises in sterling. The Bank of England and the FSA have a lot to answer for, exactly what have they been doing in their ivory towers whilst the financial institutions were busy turning themselves into hollow husks ?

International Trade in Meltdown

Global trade is collapsing and taking with much of the mainstream media hype that currency devaluation of 30% will boost the British economy. Yes we have hade a 30% devaluation in sterling, but who is going to buy our goods ? Who do we export to ? World trade fell over the cliff during the past 4 months, with shocking figures come through from right across the globe. Which means that despite the 30% devaluation, 30% of the value of Great Britain PLC wiped out for NOTHING, as our exports WILL FALL during 2009 NOT RISE ! ALL of the COST of devaluation with NONE of the GAINS, which illustrates the degree of incompetence right at the core of the institutions that are taking the decisions that are destroying Britain's long-term future, and I fear far worse to come as Britain embarks on the next stage of currency devaluation that WILL lead to HIGH inflation ? How high well that depends on how much the government wastes on trying to bolster bankrupt banks.

Global Economic Slump - Japan Back in Economic Depression

Today's recession is experiencing a global meltdown in international trade, where literally economies are falling off the edge of a cliff right across the globe. What this means is that it is extremely difficult for a small economy such as Britain's to buck the trend.

Japan yesterday released truly shocking GDP data for the fourth quarter of 2008, the Japanese economy contracted by 3.3% which equates to an annualised rate of 13.2% which is on par with magnitude of contraction that is associated with an economic depression. All exporting countries are experiencing a crash in exports which fell by 14% in the quarter, as western consumers stop buying and start saving. Japans industrial plunged by nearly 10% in December 2008, down 20% on the year earlier.
Japans government is expected to respond to the economic crisis by announcing a further stimulus package of more than $200 billion as the government again attempts to fight against the deflationary spiral that has kept Japan in depression for approaching 20 years.

The collapse in the Japanese economy is ironic in a way as Japan in the same vane as many other asian countries was not exposed to U.S. subprime mortgage derivatives on the same degree as western banks, which during 2008 had given life to the argument of decoupling between the east and the West, however the exact opposite seems to be occurring with the asian exporting countries being hit harder than the consuming countries.

Global Trade Green Shoots ?


The Baltic Dry Index is a measure of global trade in terms of the price charged for chartering ships for the shipment of raw materials. Following the crash from a height of nearly 12,000 as the global economy fell off the edge of the cliff, the BDI has recently bounced, however as the chart shows the degree of recovery is insignificant compared to the preceding collapse, whilst a positive development the BDI needs to build on the rally to date to start to imply that the world economy in terms of international trade is hitting bottom, which I would expect to be reflected in 3rd and 4th quarter GDP data, which would imply a short severe global recession. This is also a potentially bullish signal for industrial commodities that have been decimated during the crash in global trade.

UK Recession Projection / Forecast Conclusion

In the final analysis, the projected course of the recession over the next 2 years is as illustrated by the below graph in that the severe recession is expected to bottom at an annualised rate of -4.75% GDP in the fourth quarter of 2009, which will be followed by a recovery as the rate of GDP contraction improves as government stimulus measures announced to date and deep interest rate cuts as well as future stimulus kick into gear. The UK economic recovery is expected to continue into the fourth quarter of 2010 i.e. after the general election. The total recession from peak to trough is expected to see GDP contract by 6.3% and therefore this will be the worst recession since the 1930's Great Depression.

Unfortunately for the Labour government the economic cycle is completely out of sync with the election cycle as the economy is not expected to emerge from this severe recession until AFTER the next election as 2010 1st quarter GDP is estimated to be at an annualised rate of -3.9%, this therefore increases the probability of Labour losing the next election as the state of the economy is nearly always the primary determining factor for the electorate. However the Labour government will do its up most to battle against the recession especially once GDP data shows contraction of more than 4% annualised, therefore the expectations are strong that the Labour government will sacrifice long-term growth for the short-term possibility of turning the economy around before the election. This also suggests that the 2010 recovery may not be able to take hold and therefore sets the scene for a weak 2011-2012, perhaps a double dip recession.

Yours V Shaped 2009 analyst.
By Nadeem Walayat
http://www.marketoracle.co.uk

http://axisoflogic.com/artman/publis...le_29669.shtml
Reply With Quote
  #3  
Old March 7th, 2009, 06:21 AM
Diane Morin's Avatar
Diane Morin Diane Morin is offline
Éditeur et Directeur de Francophones des FluTrackers
 
Join Date: Mar 2007
Location: Ville de Québec
Posts: 33,456
Default Re: Grande-Bretagne: situation économique et impacts

Traduction automatique

Économie


La grande dépression de la Grande-Bretagne ?
Par Nadeem Walayat
17 fév. 2009, 21:02


La note du rédacteur: Dans l'article suivant, Nadeem Walayat (marché Oracle) fournit une excellente analyse détaillée des contingences économiques actuelles en Grande-Bretagne. Tandis que son étude de l'économie de la Grande-Bretagne fournit la perspicacité bien fondée, elle étonne qu'il donne tellement peu immobilier aux ouvriers, desquels l'économie dépend. Dans sa section, Les « ouvriers dans la révolte, ce qui est la réponse ? « , La « réponse » de Walayat à la « révolte d'ouvrier ", incompréhensible, semble impliquer que les ouvriers immigrés sont le problème.

« Comme monde financier tournoie toujours des effets de principal secondaire et les fusions immobilières aux Etats-Unis et le R-U et comme représentants et financiers et commentateurs tous de gouvernement fonctionnent autour comme les poulets sans tête recherchant un autre type au blâme pour le fiasco, il est l'heure de mettre le disque directement. La plupart de chacun parle « de principal secondaire » et 'du crédit global Crunch comme si c'était un virus de mystère qui est soudainement apparu hors du bleu comme la grippe aviaire ! Il n'était pas : la chose entière était totalement predicable et certaine : il y avait une inévitabilité énorme qui a été créée par désespoir réglementaire et fiscal lâche et le vieil ennemi : avarice.
- Michael C. Feltham
Axe de la logique
Lisez en outre les prévisions Michael Feltham fait dès 2004 à son axe de colonne de logique, « Feltham sur l'économie » : Le ver dans grand Apple (6 jun. 2004), L'état périlleux de l'économie de la Grande-Bretagne !(30 jun. 2004) et Pourquoi l'économie britannique plongera dans la dépression en juillet 2008. Et ne manquez pas la vidéo de C-Envergure de Paul Kanjorski ci-dessous, membre du Congrès de Pennsylvanie : $550 milliards ont disparu dans « la course électronique sur les banques »
- Les Blough, rédacteur



La grande dépression de la Grande-Bretagne ?
Par Nadeem Walayat
Le marché Oracle

Le but de cette analyse est de tracer dehors à la tendance de la récession BRITANNIQUE pour 2009 et 2010 en termes de profondeur, rétablissement inférieur et potentiel. Les données le plus récemment libérées de PIB prouvent que l'économie BRITANNIQUE réellement a tombé du bord d'une falaise pendant le quatrième trimestre de 2008 en se contractant par un PIB 1.5% choquant. Ceci compare contre la prévision récente de gouvernements pour la contraction de PIB de 2% pour la totalité de 2009 qui peint un tableau de l'évaluation de dessous brute de l'ampleur réelle du degré de contraction économique qui a lieu actuellement, et par conséquent de l'adoption de la terminologie allante facile de « Quantative soulageant » pour cacher la vérité de l'argent imprimant sur une échelle qui pourrait la Grande-Bretagne en faillite, l'évidence dont a été joué dehors sur les marchés de changes avec la chute sterling à des 23 ans bas contre le dollar, une chute de plus de 30% en à peine 6 mois.

L'accident de PIB du quatrième trimestre de 1.5% est bien plus haut que prévu et explique pourquoi le gouvernement a paniqué comme évident par les coupes profondes de taux d'intérêt de 5% à 1% en juste 4 mois. Les coupes de taux sont en plus des responsabilités de renflouement de secteur bancaire £1 trillion. Le taux de contraction à 1.5% par quart implique un effondrement annualisé dans l'économie BRITANNIQUE de 6% qui s'élèverait à la perte de revenu national de £72 milliard, contre lequel le gouvernement a jusqu'ici commis £40 milliard sous forme de réductions des impôts, d'appui d'industrie et de paquets de stimulus. Cependant la déviation de la tendance pour la croissance 2.5% met par an l'espace à un £30 additionnel milliard par an.

Les £1 trillion commis vers stopper les secteurs bancaires s'effondrent sur la valeur nominale semblent comme une quantité énorme qui devrait donner un coup de pied le début prêtant, toutefois ceci devrait être placé contre la contraction d'un 30% environ du marché de crédit ou du £1.2 BRITANNIQUE trillion pendant que les banques étrangères affligées tiraient la prise sur les opérations BRITANNIQUES, sur lesquelles nous avons eu la déflation de marché du logement de £250 milliard, et les portefeuilles d'actions effaçant un autre £400 milliard, qui place le £1 trillion des injections et des responsabilités contre la déflation d'un £1.85 estimé trillion.

Les sembler de récession réglés à la course tout au long de 2009, avec la vue de consensus formant le pf l'opinion que la récession sera la plus mauvaise depuis la grande dépression des années 30 et pendant ce temps l'économie BRITANNIQUE contractée de 10%, la question maintenant étant augmentée est si la Grande-Bretagne se dirige pour sa propre grande dépression sur une échelle plus mauvaise que celle des années 30 ?

La grande dépression de la Grande-Bretagne des années 30

Le PIB de la Grande-Bretagne pendant la grande dépression des années 30 est tombé de 10%, qui sur la valeur nominale compare favorablement contre celui des Etats-Unis qui ont vu le contrat de PIB de 30%. Cependant à la différence des Etats-Unis, la Grande-Bretagne n'a pas grondé pendant les années 20 au contraire que les années 20 étaient une période de stagnation qui a commencé dehors par la dépression de 1918 à 1921 qui a vu le PIB tomber de 25%. Par conséquent la grande dépression de la Grande-Bretagne en fait commencée en 1918 et n'a pas fini jusqu'en 1937 et donc duré presque 20 ans. Toutefois dans l'économie d'aujourd'hui, la Grande-Bretagne se dégage d'une perche de 10 year+, donc même une contraction de 10% ne serait pas sur l'échelle de la quelle Grande-Bretagne a éprouvé pendant sa grande dépression. Toutefois l'argument pourrait être fait qu'après avoir apprécié une perche, buste suivant de la Grande-Bretagne déroulera une grande partie des gains faits pendant les 10 dernières années comme Etats-Unis éprouvés pendant les années 30, donc ceci suggère la contraction économique sur une plus grande échelle que cela des années 30, particulièrement si les prises de protectionnisme tiennent ce qui était l'ongle dans le cercueil économique de la Grande-Bretagne pendant les années 30.

Le PIB britannique s'est déjà effondré de 30%

Le PIB britannique (AMBI) à la fin de 2008 est estimé à £1.275 trillion, contre £1.267 trillion à la fin de 2007. Toutefois sterling s'est effondré contre des devises globales principales de 30% ou plus, qui traduit en de vraies limites s'effondre en PIB de pays de 30%, c.-à-d. le PIB 2007 de $2.7 trillions est maintenant tombé à $1.8 trillions un effondrement en PIB de plus de 30%. Le gouvernement, la banque de l'Angleterre et le FSA échouent dans leur devoir primaire qui est de préserver le pouvoir d'achat de la devise.


Le gouvernement de travail a détruit le pouvoir d'achat de livre britannique de 30% afin de sauver sur 1% ou 2% sur les données officiellement éditées réelles de PIB pendant 2009. C'est un prix de 30% pour un avantage net de tout au plus 1.5% qui n'empêcheront néanmoins pas une récession profonde de se produire. Soulager de Quantative est une folie personnifiée qui pendant plusieurs mois avait été soutenue par la pression traditionnelle que mon article de novembre a illustrée - la Grande-Bretagne en faillite tendant vers l'hyper-inflation ? , qui sacrifie la croissance à long terme pour l'avantage à court terme possible


Par conséquent celui qui soit la conclusion de cette analyse en termes de contraction sterling de PIB pendant 2009, quels lecteurs doivent se rappeler est que le vrai pouvoir d'achat de la perte de la devise de la Grande-Bretagne de 30% signifie que le PIB de pays a été déjà sacrifié au lieu de tromper l'électorat dans croire que les choses ne sont pas aussi mauvaises qu'elles sont réellement.

Accident de livre britannique n'amplifient pas la fabrication

La fabrication a été supposée à l'économiser l'économie du buste économique dans la lumière de la dévaluation sterling de 30%, toutefois donné l'effondrement dans le commerce et une demande globaux qui a mis payé à cette prétention fausse, comme j'ai précisé plus d'il y a 6 mois, la chute sterling ne bénéficiera pas la Grande-Bretagne comme la base de fabrication du pays s'est rétrécie à comme le petit secteur de l'économie qu'elle ne peut pas espérer excentrer la dépression du secteur financier qui a par le passé contribué plus que £40 milliard profite dedans une année au résultat de la Grande-Bretagne, et maintenant consomme des fonds de contribuables aux airs de plusieurs centaines de milliards dans un trou noir jamais de extension.
Rendre des sujets plus mauvais l'accident dans le prix du pétrole a frappé des revenus BRITANNIQUES de devises étrangères de pétrole de la Mer du Nord et contribue donc à la tendance à la baisse sterling avec une baisse de taux de change de 30%+ qui excentre une grande partie des avantages de la chute dans des prix de pétrole brut. En fait nous pouvons atteindre un point dans un avenir proche des prix se levants d'essence en dépit des prix sans interruption diminués de pétrole brut, qui l'analyse du 8 décembre (le pétrole brut a prévu 2009 - Temps pour acheter ?) conclu resterait enfoncé pour la durée de la contraction économique c.-à-d. probablement toute 2009.

Taux d'intérêt d'intérêt BRITANNIQUES


La coupe de taux de février à 1% accomplit la cible de prévision pour 2009 (4 déc. 08 - prévision BRITANNIQUE de taux d'intérêt d'intérêt à se briser à 1%). , Le prochain arrêt serait une politique nulle semblable de taux d'intérêt (ZIRP) en tant que cela adopté par les Etats-Unis qui ont coupé leur taux d'intérêt à 0.25%.

Tandis que le taux d'intérêt bas s'élève à 1%, le taux de libor de 3 mois est à 2.14% et le vrai taux d'intérêt économique est à 3.54%, qui indiquent clairement l'évidence que les banques refusent toujours aux injections d'argent comptant de renflouement de gouvernement de palissade de prêt et de dans-effet beaucoup dont est employé pour récompenser des bonifications au personnel coupable.

Armageddon financier…. Remis à plus tard ?

2 minutes et 20 secondes dans cette agrafe visuelle de C-Envergure, représentant. Paul Kanjorski de la Pennsylvanie explique comment la réservation fédérale a indiqué des membres du congrès au sujet « d'un abaissement du niveau énorme des comptes de marché monétaire aux Etats-Unis, à l'air des dollars $550 milliards. « Selon Kanjorski, ce transfert électronique s'est produit au cours de la période d'une heure et a menacé des $5 trillions plus encore à dessiner dehors déclenchant un effondrement total du système financier des mondes, qui a alors incité l'urgence de Paulson d'écheveau $700 milliards de TARP d'action de renflouement.


La vidéo a servi par Youtube
L'appel étroit suivant de septembres avec l'Armageddon financier les gouvernements du monde ont été occupés à les banques en faillite recapitalising avec des argents de débiteurs d'impôts, toutefois de monstre de $500 trillion dérivés continue au deleverage et à impliquer de ce fait que les risques de l'Armageddon financier seulement se sont marginalement améliorés en septembre 2008. Là existe toujours le risque potentiel élevé d'effondrement financier et économique qui serait accompagné de volatilité extrême de marché de changes.

Banques en faillite - HBOS explose dans le visage de LLoyds TSB

Le mariage de fusil de chasse entre HBOS et LLoyds TSB septembre passé dans parmi de la panique de marchés financiers suivant la faillite de Lehman pour empêcher une autre nationalisation nordique de roche fait sauter de plus en plus dans le visage de Lloyds TSB jusqu'ici encore les mots de rassurer que les banquiers disent une alerte de semaine pour être complètement faux. Le Président de Lloyds se félicitait il y a à peine 3 semaines de la façon dont le changement aurait comme conséquence des économies de £1.5 milliard par année. Avec l'annonce d'aujourd'hui d'une perte £10 milliard par HBOS pour 2008 éclats l'illusion du Président et bilan de Lloyds TSB, car jamais ce ne sera pas les banquiers qui payent le prix mais le contribuable. Le contribuable BRITANNIQUE a déjà pompé dans les injections capitales de £18 milliard dans le groupe de LLoyds TSB HBOS.

Le cours d'actions de Lloyds TSB s'est brisé presque de 50% sur les nouvelles pour se fermer à 61p juste évaluant la banque à £10 juste milliard, qui est placé contre les injections capitales de contribuable BRITANNIQUE de £18 milliard qui évalue donc l'investissement des contribuables £18 milliard à £4 juste milliard, ou une perte £480 soufferte par chaque contribuable BRITANNIQUE. Car j'ai averti plusieurs fois au cours des 6 mois derniers, la propagande de gouvernement de faire réellement un bénéfice sur ces injections capitales dans les banques en faillite est une illusion qui est maintenant soutenue dehors.

Etant donné la taille du livre de prêt de HBOS et de Lloyds TSB, alors cette perte £10 milliard est juste le bout du berg de glace car 2009 s'avéreront être une plus mauvaise année que 2008 en termes économiques car £10 milliard des capitaux propres d'actionnaire ne peut pas espérer défendre contre un livre de prêt bien au-dessus de £1 trillion, où même une perte plus encore de 1% due aux créances irrécouvrables égaliserait à l'avoir des actionnaires plus que total, et donné l'accident dans des prix de logements BRITANNIQUES de 20% jusqu'ici avec un 18% plus encore prévu selon la prévision BRITANNIQUE de marché du logement, je ne peux pas imaginer comment la banque peut espérer survivre sous sa forme actuelle.

HBOS Bankrupting Lloyds TSB

Laisse obtenir une chose droite, LLoyds TSB/HBOS est à grand à laisser échouer, donc dans cette crise il y a deux mesures de faillite sans perte d'opérations bancaires et ils sont
  • Nationalisation , où en effet les actionnaires perdent tous outre de leurs possessions et dedans effectuez la banque est en faillite en ce qui concerne ils, et
  • Capital injections qui diluent des capitaux propres existants d'actionnaire et augmentent le contribuable exposition, à cet égard la possession courante de gouvernements à 43% de le groupe est joli près du niveau magique de part majoritaire 50.1% cela signifie à toutes fins pratiques la nationalisation par le secret, et donné à la perte £10 milliard l'est seulement la matière du temps avant autre le capital est injecté dans Lloyds TSB/HBOS, donc il est fortement probable que la banque sera efficacement devenue en faillite jusque des actionnaires sont concernés plus tôt plutôt que plus tard comme s'est produit déjà avec la banque royale de l'Ecosse où les gouvernements se tenant maintenant se tient à 78% qui est juste un jet de pierres loin de la pleine nationalisation et en tant que roche nordique les actionnaires ont découvert, des résultats de nationalisation dans la destruction 100% des capitaux propres d'actionnaire comme j'ai averti d'avant Lehman est allé buste (le 9 sep. 2008 - banques EN FAILLITE éliminées par Tulip Backed Valeurs)
Lloyds TSB/déposants de HBOS

On inquiète beaucoup de clients tenant des comptes à travers les deux banques qu'ils sont maintenant inutilement exposé en termes de garantie de FSCS £50k par institution financière . À cet égard j'ai quelques bonnes nouvelles parce que la garantie est par permis, et pendant que HBOS maintient un permis séparé à Lloyds TSB qui signifie que l'épargne est garantie à £50k par personne par banque c.-à-d. une garantie de £100k à travers les deux banques.


LLoyds TSB/service de HBOS

Les 30 millions environ des clients de la banque au détail BRITANNIQUE géante éprouveront une détérioration de la qualité du service comme des coûts sont réduits et le nombre de personnel qui entretient le client que la base est sensiblement réduite ceci signifie moins de branches et moins de contre- personnel et donc s'embranchent plus longtemps des files d'attente et une plus grande difficulté dans les questions de résolution de compte. En outre la fusion des deux a pour être traitée encore en termes de combinaison des opérations qui a été prétendue pour sauver £1.5 milliard par an, donc les espérances sont pour beaucoup de rupture dans des opérations de compte de client particulièrement où des questions exigeant de l'intervention manuelle d'être résolue.

Nationalisation - la seule solution

Les banques sont en faillite ! Les seules choses les maintenant vivants est des argents de contribuable sous forme d'injections et de prêts capitaux qui poussent du coude maintenant au-dessus de £1 trillion. La seule vraie solution comme j'ai accentué novembre passé (Grande-Bretagne en faillite tendant vers l'hyper-inflation ?) est pour la nationalisation systématique de toutes les banques de détail, où chaque banque EST RENDUE INSOLVABLE, puis les capitaux profitables nationalisés et rapidement restructurés avec la nouvelle gestion compétente et re-privatisés avec des limites claires sur son plan d'affaires afin d'éviter de commercer n'importe quelle dette de Securitized et une interdiction de tous les emprunts de marché monétaire monétaire qui sont la raison principale les banques soient maintenant exposées à la faillite. D'autres commandes devraient être placées sur des limites de salaire à travers le groupe afin d'empêcher la culture des bonifications qui a détruit les banques. En outre des banques au détail devraient toujours être limitées au fonctionnement dans les moyens de leur base de déposant, qui est comment 99.9% du public assumé étaient la manière qu'ils ont fonctionnée.

Le FMI met à jour le PIB du R-U prévu encore.

Le FMI a mis à jour son PIB prévu pour l'économie BRITANNIQUE pour 2009 de -1.5% (novembre 2009) à -2.8%, et la prévision pour 2010 est maintenant +0.2%. La prévision semble toujours excessivement optimiste à la lumière de la contraction de PIB du quatrième trimestre du R-U de -1.5%. Le FMI a une bonne expérience professionnelle d'être des prévisions FAUSSES et excessivement optimistes qui sont sans interruption mises à jour plus bas.

L'institut des études fiscales parlant le sens

Enfin les rapports à partir des établissements traditionnels commencent à émerger qui reflètent l'accident dans l'économie BRITANNIQUE qui frappera l'économie dur pendant beaucoup d' années après les extrémités de récession. Les Statistiques financière internationale dans un communiqué de presse récent énoncent :


Les « chiffres de trésor suggèrent que le craquement de crédit coûte au ministère des Finances des 3.5% continus de revenu national (ou excédent £50 milliard par an en termes d'aujourd'hui) dans la recette fiscale perdue et la dépense additionnelle de sécurité sociale. Ceci exclut n'importe quel impact à long terme des interventions du gouvernement dans le secteur financier, bien que même une grande perte unique s'ajoutant à la dette de secteur public devrait augmenter le coût continu dans les frais supplémentaires empruntant relativement modestement comparé à l'impact déjà reflété dans des prévisions courantes de trésor.

« Dans le PBR le trésor a signalé des coupes de dépense et des augmentations d'impôts commençant en 2010-11 et élevant 2.6% de revenu national (£38 milliard par an) de 2015- 16. Si les finances publiques évoluent comme espoirs de trésor, ceci serrant devrait rester en place jusqu'à ce que le 2030s tôt avant que la dette retourne au-dessous du plafond de 40% de revenu national Gordon Brown réglé en tant qu'une de ses deux règles fiscales en 1997. Donc il n'y a aucune perspective d'un gouvernement pouvant au readopt ces règles n'importe quand bientôt. Nous espérons qu'ils seront reformés quoi qu'il arrive.


« Malheureusement, le budget vert ne s'attend pas à ce que les recettes fiscales se développent aussi fortement que les espoirs de trésor au cours des années à venir. En l'absence de coupes de dépense ou d'augmentations additionnelles d'impôts, nous avons prévu que le trésor devrait emprunter 1.5% du revenu national davantage en 2015-16 qu'il avons prévu au temps de PBR - même si l'économie exécute pas plus mal que prévu dans le PBR. Ceci prendrait la dette de filet de secteur public au-dessus de 60% de revenu national, d'où il diminuerait seulement très graduellement des décennies suivantes d'excédent. «


Le point clé est que les Statistiques financière internationale déclarent que le R-U encourra un déficit budgétaire 1.5% jusqu'en 2016, et on ne s'attend pas à ce que la dette BRITANNIQUE retourne à au-dessous du plafond de 40% du PIB jusqu'en 2030 d'un taux au-dessus de 60%. Ceci soutient donc mon scénario qu'après la récession le R-U dirigera pour beaucoup, beaucoup d'années de stagflation.

La confédération de l'industrie britannique prévoit 3.3% 2009 contractions
Les CBI - Le principal groupe des affaires Du R-U prévoit la récession, qui a commencé dans le troisième trimestre de 2008, durera tout au long de 2009. On s'attend à ce que l'économie se contracte par 3.3 pour cent et le chômage atteindra de près de 2.9 millions vers la fin de l'année. Après six quarts de croissance négative, on s'attend à ce que l'économie stabilise au début de l'année prochaine avec le bâtiment de rétablissement tout au long de 2010.

Le CBI prévoit que l'économie se contractera par des 4.5 pour cent cumulatif au-dessus des six quarts de croissance négative. La croissance de PIB pour 2009 a été mise à jour vers le bas de -1.7 pour cent en novembre à -3.3 pour cent. En 2010, on s'attend à ce que la croissance de PIB soit de 0.0 pour cent.

L'impact de la récession et du stimulus fiscal prendra un péage sur les finances publiques avec l'emprunt net pour 2009/10 prévu à l'extension £149 milliard et au £168 milliard dans 2010/11, qui représente 10.6 pour cent et 11.8 pour cent de PIB respectivement.

Le CBI est clairement chaud suivant sur les talons du FMI en doublant son taux de contraction pour l'économie BRITANNIQUE à partir de novembres -1.7% maintenant à -3.3%. Est-ce que point clé ici le CBI identifie-t-il maintenant que l'emprunt de gouvernement est placé pour monter pendant les années fiscales 2009-10 et 2010-11 £317 se montants milliard, £100 haut milliard et maintenant pratiquement identique à ma prévision du novembre 2008 de £314 milliard, le CBI est-il a lu ma prévision ?

Masse monétaire BRITANNIQUE

Une des forces d'entraînement principales de la grande dépression des années 30 était l'effondrement dans la masse monétaire en les Etats-Unis qui sont tombés de 25% et a été dépistée plus bas par le PIB. Cependant ce les leçons semble être ont appris que donné la quantité de Quantative soulageant prenant comme gouvernements des USA et du R-U embrassez l'impression d'argent enfonce une tentative d'arrêter la déflation de prendre la prise et de mettre à feu de ce fait une autre grande dépression. Oui, la croissance effrénée de la masse monétaire est inflationniste, toutefois la masse monétaire ajustée à la vitesse de l'argent peint un tableau plus vrai ci-dessous le graphique illustre.




La masse monétaire BRITANNIQUE M4 (bleu) a monté brusquement du bas visé par 10% de mi 2008 au niveau courant de 16.6%, sur la valeur nominale que c'est fortement inflationniste et a été prise par beaucoup d'économistes et commentateurs du marché pour suggérer une inflation vers l'avant beaucoup plus élevée. Cependant la masse monétaire ajustée à la vitesse de l'argent qui tient compte de l'état de l'économie par suite du gel de crédit indique une histoire complètement différente. L'économie BRITANNIQUE est maintenant dans la vraie déflation monétaire extrême d'approcher -15%. Le principal indicateur indicateur de la masse monétaire implicite, suggère que les coupes profondes récentes de taux d'intérêt soulèvent la future croissance de masse monétaire hors de la déflation extrême, toutefois elle sera toujours loin de soutenir le nord de niveaux de 15% qui a exactement prévu l'inflation vers l'avant pendant 2008.

Par conséquent le premier objectif du gouvernement BRITANNIQUE est d'empêcher une spirale de haut en bas déflationniste de prendre la prise à N'IMPORTE QUEL COÛT. La banque de l'Angleterre a été chargée d'ignorer l'inflation, et se concentre complètement sur empêcher la DÉFLATION. Le prix de ceci sera une future inflation plus élevée S'ils réussissent à empêcher la spirale de haut en bas déflationniste qui s'ils échouent aura comme conséquence une autre GRANDE DÉPRESSION. Pour plus sur l'impact de la déflation de l'économie, téléchargez le premiers expert en matière du monde en et partisan du scénario déflationniste, eBook de survie de déflation de 60 pages de Robert Prechter LIBREMENT

Inflation BRITANNIQUE

La banque du rapport trimestriel de l'inflation d'Angleterre a prévu l'inflation BRITANNIQUE juste de 0.5% en 2 an, avec l'économie BRITANNIQUE prévoyez maintenant pour être tombé par le PIB 4% par le milieu de cette année. Ce n'était pas il y a tant de mois cela que la banque de l'Angleterre était croissance de prévisions de 2% pour 2009.

Encaissez le roi de Mervyn du Gouverneur implicite par son rapport de accompagnement qu'il n'a pas un indice ce qu'il fait, car l'économie BRITANNIQUE sous l'intendance collective de bruns son et de Gordon continue à tomber le bord d'une falaise, la banque du gouverneur d'Angleterre indiquée :
« L'économie du Royaume-Uni est dans la récession profonde. La longueur et la profondeur de la récession dépendront jusqu'à un degré significatif des développements dans le reste du monde, où une diminution économique grave a pris la prise. »
L'économie fait face à sa récession plus profonde depuis les années d'après-guerre de 1945 et de 1946, et à son plus mauvais déclin en temps de paix depuis 1931.

La banque est susceptible de ramener des taux d'intérêt d'intérêt plus loin, peut-être aussi à bas que zéro, afin d'essayer d'empêcher la diminution s'aggravant que la dépression dans les années 30.

Il recourra à de nouvelles mesures draconiennes de pomper l'argent comptant supplémentaire dans l'économie aussi bientôt que cette semaine.

Le chômage - qui a frappé 1.97 million hier - montera plus loin et des prix de logements continuera à tomber en mois à venir.

Mon commentaire pendant les mois d'été de 2008 semble avoir été précis prouvé parce que le BoE MPC lors de ces réunions mensuelles est resté paralysé par la crainte de l'inflation et de plus ou moins de thé sipping reposé et de la conversation au sujet du temps tandis que l'économie continuait à brûler vers l'accident du quatrième trimestre.
Quelle est la solution de gouvernements ?

Quantative soulageant l'aka imprimant l'argent - les conséquences dont soyez que la Grande-Bretagne est au plus grand risque de faillite comme j'ai averti la première fois outre de suivre en avril 2008 la première course d'impression de £50 milliard de la banque de l'Angleterre et réitérée sur une base mensuelle proche depuis (des archives), avec l'article le plus récent (les taux d'intérêt d'intérêt BRITANNIQUES se brisent au nouveau bas record de 1%) mettant à jour dans la position actuelle du chemin de la Grande-Bretagne vers la faillite.
Livre britannique a répondu à la banque du rapport d'Angleterre en reprenant son marché d'ours après que correctement le rebond de prévision de £/$1.37 à £/$ ci-dessus 1.45 et maintenant encore sur l'itinéraire vers la parité aux États-Unis Dollar. (21 jan. 09 - vente de panique de livre britannique, comptant vers le bas en Grande-Bretagne en faillite)

FSA - Qui devrait régler le régulateur ?

Pour illustrer le point dans la façon dont au loin l'espace est entre le règlement compétent du système bancaire BRITANNIQUE et la façon dont il est réglé réellement par le FSA, pas juste avant que la crise de crédit s'est cassée en août 2007, ni dans la conséquence immédiate qui était témoin de la course sur la banque nordique de roche, mais à ce jour même environ 18 mois dessus comme étés témoin par la démission de monsieur James Crosby, Gordon brunit pour posséder la nomination en tant que vice-président du FSA sur les allégations que pendant sa tenure comme tête de HBOS (Halifax), il a renvoyé Paul Moore dû aux plaintes alléguées qu'il avait déposées au sujet du risque de banques prenant qu'eu non été correctement rapporté à Réunions de conseil de HBOS.

La déflation de 2009 se tournera par la suite vers l'inflation

Ma première analyse de l'inflation BRITANNIQUE a conclu que le R-U se dirige pour la vraie déflation pendant 2009, avec la mesure d'inflation de RPI prévue pour aller négatif pour la mi- 2009 en visant -1.2%. Les espérances sont pour la déflation semblable à travers le monde, car les paquets de stimulus de déficit budgétaire ne peuvent pas espérer concurrencer les dix temps la quantité de stimulus prévu. L'analyse également conclue parce que les risques immédiats à la prévision sont au du côté incliné c.-à-d. prix clouant plus bas que prévu.



Ceci implique donc pour d'autres paquets de stimulus loin au delà de cela qui ont été commis jusqu'ici, avec toutes les conséquences associées des devises s'effondrantes sous le poids de déficits croissants et les responsabilités qui prépare le terrain pour une future inflation plus élevée comme impact déflationniste de l'effondrement en pétrole brut pendant la deuxième moitié de 2008 débuts pour laisser les index d'inflation pendant le deuxième semestre de 2009, ensuite les forces déflationnistes des économies se contractantes concurrenceront les forces inflationnistes de l'argent imprimant et des cours de matières premières de montée.

Le chômage BRITANNIQUE

Le chômage BRITANNIQUE augmenté rapidement par 48.000 pour des données du 8 novembre à 1.97 million, et reste allumé cible à éclater au-dessus de 2 millions sur le dégagement des données pour le décembre 2008. Le compte de réclamant du chômage a monté de 11% pour janvier à 1.28 million, vers le haut des 129.000 choquants sur le mois et confirmer que le pas du chômage accélère comme l'économie est tombée au-dessus de la falaise pendant le quatrième trimestre.

Mes données basées par prévision BRITANNIQUE originale du chômage le 8 juillet sont pour que le chômage monte juste en haut à 2.5 millions pour le mois de avril 2010, toutefois l'économie BRITANNIQUE continue à détériorer à un taux alarmant avec des projections d'une récession grave de plus qu'une contraction de PIB de 4% implique que le R-U se dirige pour un taux de chômage qui pourrait passer au-dessus de 3.000.000. Le saut dans seul le compte de réclamant pour la totalisation 226k des 8 déc. et 9 jan. implique brusquement le chômage plus élevé pour décembre et janvier, ceci malgré le fait que il des statistiques du chômage sont fortement manoeuvrés au chômage vrai de rapport de dessous qui serait presque 6 millions plus haut si tout ceux en âge de travailler (16 64) étaient inclus dans les données.

Le vrai nombre de chômeurs au R-U s'élève maintenant à 7.86 millions pour novembre pendant que ci-dessous les graphiques illustrent, l'immersion réelle dans inactif total est dû à la migration nette pendant que les ouvriers européens orientaux retournent apparemment à la maison dans le visage des difficultés croissantes sur le marché du travail BRITANNIQUE.





Gordon Brown Bankrupting Grande-Bretagne pour gagner la prochaine élection

L'analyse détaillée du novembre 2008 illustrée pourquoi Gordon Brown est bien sur l'itinéraire vers bankrupting la Grande-Bretagne car les responsabilités par 2012 excéderont £3.5 trillion de £1.5 trillion à la fin de 2007, car la considération principale pour le premier ministre est de gagner la prochaine élection clairement à N'IMPORTE QUEL COÛT.




Les responsabilités ci-dessus n'incluent pas le £5 trillion des responsabilités additionnelles si le gouvernement est forcé de nationaliser pratiquement le secteur bancaire entier. Cependant, peuplez encore le besoin se rend compte que le futur obtient escompté dans le présent, qui est pourquoi la banque de l'Angleterre, trésor et les personnes définissant la politique de gouvernement ne comprennent pas qu'elles ne peuvent pas embarquer sur l'itinéraire vers £3.5 trillion de plus de responsabilités sans marché réagissant par la vente hors de la devise longtemps avant que le pays arrive à la destination de dette. L'effet de ceci est de rendre la crise courante bien plus mauvaise comme recherches du marché d'escompter plus de 80% de la dette de secteur bancaire £5 trillion qui est dénommée dans des devises étrangères.
Par conséquent le service à gonfler hors de la dette par « Quantative soulageant » ne fonctionne pas, car les remboursements doivent être faits dans les devises étrangères contre lesquelles l'endettement de pays monte pendant que la devise tombe et met donc les banques de Grande-Bretagne sous une plus grande pression. L'impact sur l'économie est déflationniste tandis que les prix à l'importation à l'importation montent de ce fait suggérant des perspectives stagflationary ou plus mauvais.

Sur augmenter jamais les responsabilités publiques qu'à la fin de 2008 tenus à un £2 estimé trillion, il y a également la dette de secteur privé de £2 trillion pesant vers le bas sur l'économie et sterling.

Temps s'épuise pour le gouvernement, oublient 2011, 2010, même mi 2009, un effondrement de devise apporterait la crise de dette à une tête dans une question des jours. Juste comme produit avec l'Islande car cela n'a pas pris 3 ou 4 ans pour l'Islande à l'effondrement dans l'hyper-inflation, cela a pris 3 ou 4 jours ! , comme j'ai averti au loin dans l'article Islande faisant faillite ? , et plus tard averti que toutes les conditions cela ont mené à la faillite de l'Islande soyez présent au R-U.

Les ouvriers dans la révolte, ce qui est la réponse ?

En Grande-Bretagne les ouvriers ont été dans la révolte contre les ouvriers étrangers embarqués plus de du continent l'Europe quand leur existe une masse de travail domestique de chômeurs. L'attitude du marché libre de la Grande-Bretagne envers le marché du travail tout en travaillant bien pendant les temps de perche et dans un domaine de jeu de niveau, cependant ce qui existe en beaucoup de l'Europe n'est pas un champ de jeu de niveau avec des restrictions de travail et des subventions devenant de plus en plus la norme. Prenez les ouvriers en acier, dans Yorkshire, Corus a annoncé 8700 pertes du travail tandis qu'en Hollande 6.500 ouvriers en acier de Corus reçoivent 70% de leur salaire du gouvernement. Outre du cours c'est l'un des avantages d'être dans le côté l'EURO qui permet à on de partir avec une telle action par un pays tel que la Hollande sans payer le prix en termes d'effondrement de devise.
Tandis que c'est une aide à court terme cependant car les années 70 et les années 80 ont illustré des industries déficitaires de support dans le de longue durée sont la manière sûre du feu vers la stagflation économique. Par conséquent tandis qu'il y a assurément beaucoup de douleur dans le magasin parmi une diminution économique globale, là n'est aucun avantage à long terme vers subventionner les industries de zombi pour lesquelles la demande s'effondre. Il vaudrait mieux que le gouvernement paye le recyclage des ouvriers pour de nouvelles technologies et industries qui conquérant le monde sortant de la récession puis pour les maintenir coincées dans les industries dans la cession terminale.

Renflouement de l'industrie automatique

Les conservateurs sifflant dans le vent - la partie conservatrice, comme incorporée par Kenneth Clarke semble comprendre le problème même moins que le gouvernement de travail par des appels pour la garantie des prêts de voiture pour soutenir l'industrie automatique. La paille ici est que 86% de voitures achetées en le R-U sont importés donc un tel exercice pour £1 garanti, 86p soutiendraient les fabricants étrangers.

Effondrement de l'euro ?

Beaucoup de commentateurs contemplent la mort de l'Europe due aux pays dans l'Euro-zone tirant dans des directions opposées telles qu'Ambrose Evans-Pritchard qui a apparemment déclaré la guerre sur l'euro. Je m'avérerais justement deviner que la grande majorité de ces commentateurs de sort malheureux d'euro ne comprennent pas ou ignorer commodément cela a eu des pays tels que l'Irlande étée en dehors de de l'euro alors qu'ils auraient déjà le modèle effondré de l'Islande. Par conséquent la crise courante en effet a renforcé l'euro domestiquement indépendamment de ce que le taux fait contre le dollar et d'autres devises. Domestiquement il y a crainte parmi plusieurs des pays plus petits dans l'euro de ce qui arriverait à elles SI elles étaient en dehors de l'euro et donc les risques d'un effondrement d'euro sont énormément exagérés. Sur les pays contraires tels que l'Islande qui étaient énergiquement anti l'euro alignera pour joindre l'euro dès que leur économie aura Stabalised car les risques d'être en dehors de l'euro sont être infiniment plus grand qu'en euro.

Droit à travers des sceptiques d'euro de l'Europe ont été mis à l'écart par l'effondrement du système bancaire qui a émané dehors comme une forme contaigent les Etats-Unis pendant que chaque les banques avides de pays cherchées pour profiter du collatorised la bulle de dette. Clairement l'euro a été un épargnant de vie à beaucoup de petits pays sous lesquels le parapluie a permis aux pays d'entreprendre les mesures extrêmes qui n'auraient pas été extérieur possible du juste d'euro à travers le continent. D'Irlande garantissant 100% des dépôts en banque, en Hollande et beaucoup d'autres pays subventionnant des salaires jusqu'à un taux de 70% pour maintenir des ouvriers employés. Malheureusement pour l'Islande, leur propre niveau extrême de banques d'avarice et de l'indépendance féroce de populations a mené à la destruction de cette économie.

Protectionnisme sur l'élévation

Une des raisons primaires pour lesquelles l'accident 1929 a eu comme conséquence la grande dépression était en raison de l'élévation de protectionnisme et de l'effondrement du commerce global.

Les démonstrations et beaucoup de discussions de chauffage ont lieu bien à travers le monde développé pour protéger des ouvriers contre le travail étranger, plus ainsi dans les pays avec les déficits commerciaux commerciaux énormes qui efficacement ont exporté leur base à l'étranger de fabrication c.-à-d. les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, contre ces derniers sont des pays qui se fondent fortement sur des exportations telles que les pays en voie de développement rapides de la Chine, de l'Inde et des comtés développés de l'Allemagne et du Japon.

Les arguments des deux côtés convainquent. Ma propre prise personnelle est qu'il devrait y a un champ de jeu de niveau, s'il y a alors chacun gagne, s'il n'y a pas alors un côté perd et l'autre côté gagne. Malheureusement nous ne vivons pas dans une ère d'un champ de jeu de niveau, c'est particulièrement vrai où la Chine et d'autres pays asiatiques sont concernés pendant qu'elles cherchent à manoeuvrer leurs devises plus bas et de ce fait interférant le fonctionnement normal du marché qui tendra à corriger les déséquilibres commerciaux. Clairement la politique nulle de taux d'intérêt est une réponse à ceci parce que les gouvernements occidentaux en effet punissent les pays qui cherchent à manoeuvrer leurs taux de change et donc subventionner des déficits budgétaires occidentaux. Cependant la récession grave elle-même ira un long chemin à corriger des déséquilibres commerciaux insoutenables comme le commerce global s'effondre.

Ventes au détail BRITANNIQUES

Les ventes au détail de titre ont rebondi fortement en décembre augmentant 2% à des 3.7% annualisés pendant que les détaillants affligés réduisaient des marges sur des actions pour éviter la faillite parmi la réduction de prix à la suite des actions vers le bas fortement escomptées dans les ventes de fermeture des détaillants principaux telles que Woolworth, Zavvi et Adams, qui expliquent collectivement environ 50.000 travaux.

L'espérance qui activité de ventes au détail finies de Noël et de janvier « devrait » levez-vous en raison d'escompter matérialisé en tant que notre européen et les cousins américains amplifiaient le volume de ventes au détail en tirant bénéfice de l'accident de 30% en livres sterling qui signifie les escomptes déjà libéralement annoncés de 20% traduits en escompte de 50% pour les clients européens, beaucoup comme Britannique bénéficiée il n'y a pas très longtemps des achats bon marché se déclenche à New York à un nord de taux de change de £/$2.00.

Cependant car la première analyse a suggéré que la chute en livres sterling ait comme conséquence des prix à la consommation beaucoup plus élevés à la consommation de grand-rue pendant les 2009 en tant que ces détaillants qui ont pas la recherche allée de buste pour compléter le niveau des stocks à des prix beaucoup plus élevés pendant 2009. Ceci confirme l'analyse que les ventes de janvier pour Britanniques peuvent s'avérer pour être plus illusoire que vrai car la chute en livres sterling a déjà absorbé les marges de corporation.

Tendances de ventes au détail






Les graphiques ci-dessus illustrent le rebond fort dans des ventes au détail, le titre et les vraies ventes au détail tendent qui s'est déplacé hors de la déflation profonde. Toutefois selon les points cités précédemment, il est fortement peu probable les ventes au détail que le volume se développera après les ventes de janvier assaisonnent dans le février 2009 et mars 2009, face aux pertes lourdes du travail et aux détaillants faisant faillite.

Pour plus sur l'impact de la déflation, téléchargez le premiers expert en matière du monde en et partisan du scénario déflationniste, eBook de survie de déflation de 60 pages de Robert Prechter LIBREMENT

Accident de prêt BRITANNIQUE de marché hypothécaire de logement

Le Conseil des données de prêt d'hypothèque de Lenders d'hypothèque (CML) a libéré des Today Show un accident de 49% dans le nombre d'hypothèques accordées aux acheteurs à la maison juste à 516.000 qui est le plus bas nombre depuis l'accident de propriété de milieu des années 70. Il y avait 32.000 prêts d'achat de maison en décembre, déclin de 5% à partir de novembre et niveau le plus bas puisque les disques mensuels ont commencé en 2002.

Michael Coogan, directeur général de CML, dit : « Le manque de placement et de réduction d'hypothèque du nombre de prêteurs actifs a remodelé le paysage d'hypothèque dans l'espace d'une année. Ce niveau bas des transactions est insuffisant pour le fonctionnement d'un marché efficace.

Les « mesures sont maintenant en place de chercher à reconstituer l'écoulement du placement au marché hypothécaire, mais ceci prendra du temps d'alimenter à travers. Davantage d'action peut encore être nécessaire pour augmenter des transactions, pour stabiliser des prix et pour reconstituer la confiance. «

Les appuis de données de CML qui de l'association britannique BBA de banquiers qui a vu tout le contrat de montant à recouvrer de £524 milliard à £496 milliard.



Toutefois sur une note marginalement plus lumineuse un prêt d'hypothèque pour des achats de maison a monté des bas record pendant le décembre 2008, qui implique que la pléthore d'argent de débiteurs d'impôts s'élevant à plus que £1 trillion, couplé au bras fâché tordant la pression du gouvernement et banque de l'Angleterre sur la pièce ou banques complètement nationalisées telles que HBUST, le caillou, Bradford et les bricoleurs et le RBF'd-up nordiques commence à montrer pour le moins une pause dans l'accident du marché de prêt d'hypothèque, qui a aidé à contribuer vers un petit rebond dans les prix de logements du janvier 2009 l'où mon prochain article élaborera.

Prix de logements BRITANNIQUES

Une acclamation est montée parmi des participants de marché du logement à travers la terre pendant que les prix de logements BRITANNIQUES augmentaient presque 1% en janvier 2009 comme mesuré par Halifax. Cependant le gouvernement jette tout comprenant l'évier de cuisine au marché du logement pour provoquer une halte à l'accident continu en termes nominaux. Le montant d'argent imprimé a répandu du £50 milliard de l'avril 2008. que j' ai averti était juste le bout de l'iceberg qui répandrait bientôt dans les centaines de milliards, nous est maintenant en cours de laisser les centaines de milliards derrière et entrée dans les trillions, les sommes qui risquent sérieusement la faillite de la Grande-Bretagne.

Les médias traditionnels a sauté sur l'un rebond de mois pour commencer à contempler le retour du marché haussier de logement c.-à-d. Les temps rapporte - les 10 villes où les prix de logements rebondiront le premier « site Web de propriété enregistré une montée subite d'activité en semaines premières de cette année, agents de domaine ont eu janvier plus occupé que les mois précédents et Halifax ont même rapporté une petite élévation des prix de logements. «

Taux d'intérêt BRITANNIQUES d'accessibilité et d'intérêt de marché du logement

La coupe de taux de février à 1% accomplit la cible de prévision pour 2009 (4 déc. 08 - prévision BRITANNIQUE de taux d'intérêt d'intérêt à se briser à 1%). avec le prochain arrêt une politique nulle semblable de taux d'intérêt (ZIRP) en tant que cela adopté par les Etats-Unis qui ont coupé leur taux d'intérêt à 0.25%.
Le profond coupe dedans des taux d'intérêt d'intérêt tandis que pas complètement passé dessus a eu comme conséquence une chute dans le taux économique d'intérêt de plus de 6% en septembre 2008 à 3.54% aujourd'hui. Ceci a un impact positif sur l'accessibilité en dépit de la récession et par conséquent de support des prix de logements à court terme .


Le prix de logements BRITANNIQUE a prévu 2007 - 2012



L'élévation des prix de logements BRITANNIQUES pendant le 9 janvier apporte une pause à l'accident de prix de logements qui a lieu maintenant dans son 18ème mois pendant que le graphique ci-dessus illustre selon le prix de logements mis à jour prévoyait qui couvre la tendance dans 2012 qui projette pour une baisse totale de crête à la cuvette de 38%. Est-ce que cependant, car j'ai averti beaucoup de fois au cours des 18 mois derniers, le gouvernement a-t-il dans sa puissance la capacité d'imprimer l'argent pour apporter le prix de logements nominal tombe à l'arrêt, cette impression d'argent se nomme-t-elle maintenant étrangement en tant que « Quantative soulageant » afin de cacher la vérité et masquer l'accident continu dans les prix de logements qu'en dépit de l'opinion de la pression traditionnelle par les goûts d'Anatole Kaletsky et d'Ambrose Evans-Pritchard a mis la Grande-Bretagne sur le chemin vers la faillite, comme expliqué dans l'analyse de profondeur du novembre 2008 - Grande-Bretagne en faillite tendant vers l'hyper-inflation ?

Le premier objectif de gouvernements de travail demeure pour maximiser ses chances de gagner la prochaine élection, ce sera au détriment de la future croissance comme conséquences d'imprimer l'argent et l'endettement éclatant risque un accident de devise qui signifie au mieux beaucoup d'années de stagflation et à la plus mauvaise faillite hyperinflationary selon les lignes de la République de Weimar et l'exemple le plus récent de l'Islande. Ceci est démontré par le graphique suivant des prix de logements BRITANNIQUES en termes d'inflation, et notre partenaire commercial principal les états unis (États-Unis Dollar), avec une chute semblable observée contre l'euro.





Les graphiques ci-dessus illustrent clairement que le marché du logement BRITANNIQUE s'est brisé de 25% (vraies limites) et plus de 40% (États-Unis Le dollar/euro) ce qui a un impact grave sur l'économie BRITANNIQUE comme vraie déflation d'une perte de 40% de valeur des prix de logements supplémentaires au plus de 50% de cela des stocks incline l'économie BRITANNIQUE vers la dépression économique. Par conséquent à la maison les acheteurs doivent garder contre l'ILLUSION des prix de logements stabilisants tandis que les vraies limites se brisent dans des prix de logements continue.



Tendances régionales BRITANNIQUES de prix de logements

Tandis que les prix de logements moyens à décembre 2008 sont en baisse 20%, en termes d'expérience d'accident des prix l'Irlande du Nord complète la liste à 35%, en attendant l'Ecosse continue à opposer la tendance en enregistrant seulement une goutte de 6% jusqu'ici.

Buste immobilier commercial de 2009

Pendant que les détaillants vont buste, les institutions financiers étroitement ou obtiennent en bas de classé, et les sociétés vont buste, ceci va mener à un accident en valeur d'immobilier commercial qui a déjà commencé.

Secteur financier BRITANNIQUE

Les secteurs financiers de tous les pays du monde sont déjà dans une dépression profonde, qui mène à la contraction à travers le globe entier contre lequel les gouvernements luttent avec des paquets toujours plus grands de stimulus, toutefois la Grande-Bretagne avec son secteur financier extraordinairement grand était toujours destinée plus, plus tellement puis pour souffrir d'autres grands pays européens développés tels que la France et l'Allemagne. Par conséquent tout entretien par Gordon Brown a montré beaucoup de la joue faite face nue quand il a à plusieurs reprises énoncé comment la Grande-Bretagne mieux a été faite face pour faire face à la diminution économique globale quand en fait l'exact vis-à-vis de était vrai. On estime que les Etats-Unis ont estimé des pertes de banque sont de l'ordre de $2 trillions, des pertes BRITANNIQUES de banque sont $1 trillions, le seul problème ici sont que l'économie BRITANNIQUE est seulement au sujet de 1/7th la taille si les États-Unis, donc les banques britanniques exposent le contribuable BRITANNIQUE à 3 fois les pertes comme les États-Unis les contribuables par conséquent la raison pour laquelle sterling est vidé, qu'autant de la dette est dénommé dans des devises étrangères a l'effet de rendre des sujets plus mauvais que la valeur de la dette monte en livres sterling. La banque de l'Angleterre et le FSA ont beaucoup pour répondre pour, exactement qu'elles avaient fait dans leurs tours d'ivoire tandis que les institutions financiers étaient occupés à se transformer en cosses creuses ?

Commerce international dans la fusion

Le commerce global est s'effondrant et prenant avec une grande partie de l'exagération traditionnelle de médias que la dévaluation de la monnaie de 30% amplifiera l'économie britannique. Oui nous avons le hade une dévaluation de 30% en livres sterling, mais qui va acheter nos marchandises ?
Vers qui exportons-nous ? Le commerce mondial est tombé au-dessus de la falaise pendant les 4 mois derniers, avec les figures choquantes viennent à travers de la droite à travers le globe. Ce qui signifie cela en dépit de la dévaluation de 30%, 30% de la valeur du PLC de la Grande-Bretagne éliminée pour RIEN, en tant que nos exportations TOMBERA pendant 2009 PAS ÉLÉVATIONS ! Tout les COÛT de dévaluation avec AUCUN des GAINS, qui illustre le degré de juste d'incompétence au noyau des établissements qui sont prenant les décisions qui détruisent le futur à long terme de la Grande-Bretagne, et de moi crainte bien plus mauvaise de venir car la Grande-Bretagne s'embarque sur la prochaine étape de la dévaluation de la monnaie qui mènera à l'inflation élevée ? Comment haut puits qui dépend de combien le gouvernement gaspille sur essayer de soutenir les banques en faillite.

Récession économique globale - dos du Japon dans la dépression économique

La récession d'aujourd'hui éprouve une fusion globale dans le commerce international, où littéralement les économies tombent le bord d'un juste de falaise à travers le globe. Ce que ce le moyen est qu'il est extrêmement difficile que une petite économie telle que la Grande-Bretagne oppose la tendance.

Le Japon a hier libéré des données choquantes vraiment de PIB pour le quatrième trimestre de 2008, l'économie japonaise contractée par 3.3% qui égalise à un taux annualisé de 13.2% qui est sur le pair avec l'importance de la contraction qui est associée à une dépression économique. Tous les pays d'exportation éprouvent un accident dans les exportations qui sont tombées de 14% dans le quart, comme les consommateurs occidentaux cessent d'acheter et commencent à sauver. Industriel de Japans plongé par presque 10% en décembre 2008, en bas de 20% l'année plus tôt.
On s'attend à ce que le gouvernement de Japans réponde à la crise économique en annonçant encore un autre paquet de stimulus de plus de $200 milliards pendant que le gouvernement essaye encore de lutter contre la spirale déflationniste qui a maintenu le Japon dans la dépression pour approcher 20 ans.

L'effondrement dans l'économie japonaise est ironique d'une manière comme le Japon dans la même palette qu'autant d'autres pays asiatiques n'ont pas été exposés aux États-Unis dérivés d'hypothèque de subprime sur le même degré que les banques occidentales, qui pendant les 2008 avaient donné la vie à l'argument du découplage entre l'est et l'ouest, toutefois l'exact vis-à-vis du du sembler se produire avec les pays d'exportation asiatiques étant frappés plus dur que les pays consommateurs.

Pousses commerciales globales de vert ?



L'index sec baltique est une mesure du commerce global en termes de prix facturé accorder une charte des bateaux pour l'expédition des matières premières. Après l'accident d'une taille presque de 12.000 car l'économie globale a tombé le bord de la falaise, le BDI a récemment rebondi, toutefois pendant que le diagramme montre le degré de rétablissement est insignifiant comparé à l'effondrement précédent, tandis qu'un développement positif que le BDI doit établir sur le rassemblement jusqu'ici pour commencer pour impliquer que l'économie mondiale en termes de commerce international frappe le fond, que je compterais être reflété dans les 3èmes et 4èmes données de PIB de quart, qui impliquerait une récession globale grave courte. C'est également un signal potentiellement têtu pour les produits industriels qui ont été décimés pendant l'accident dans le commerce global.

La projection BRITANNIQUE de récession/a prévu la conclusion

Dans l'analyse finale, le cours projeté de la récession au cours des 2 années à venir est comme illustré par ci-dessous le graphique parce qu'on s'attend à ce que la récession grave base contre un taux annualisé du PIB -4.75% dans le quatrième trimestre de 2009, qui sera suivi d'un rétablissement comme le taux de contraction de PIB s'améliore pendant que les mesures de stimulus de gouvernement annoncées jusqu'ici et le taux d'intérêt d'intérêt profond coupe comme le futur coup-de-pied de stimulus dans la vitesse. On s'attend à ce que le rétablissement économique BRITANNIQUE continue dans le quatrième trimestre de 2010 c.-à-d. après l'élection générale. On s'attend à ce que toute la récession de crête à la cuvette voie que contrat de PIB par 6.3% et donc ceci sera la plus mauvaise récession depuis la grande dépression des années 30.



Malheureusement pour le gouvernement de travail le cycle économique est complètement hors de synchro avec le cycle d'élection car on ne s'attend pas à ce que l'économie émerge de cette récession grave jusqu'à ce qu'APRÈS la prochaine élection en tant que 1er quart 2010 on estime que le PIB soit à un taux annualisé de -3.9%, ceci augmente donc la probabilité du travail perdant la prochaine élection car l'état de l'économie est presque toujours le facteur de détermination primaire pour l'électorat. Toutefois le gouvernement de travail fera son haut plus pour lutter contre les données de PIB de récession particulièrement une fois montre la contraction de plus de 4% annualisés, donc les espérances sont forts que le gouvernement de travail sacrifiera la croissance à long terme pour la possibilité à court terme de tourner l'économie autour avant l'élection. Ceci suggère également que le rétablissement 2010 puisse ne pas pouvoir prendre la prise et ne prépare pas donc le terrain pendant un 2011-2012 faible, peut-être une double récession d'immersion.

Vôtre analyste 2009 en forme de V.
Par Nadeem Walayat
http://www.marketoracle.co.uk
http://axisoflogic.com/artman/publis...le_29669.shtml






Reply With Quote
  #4  
Old April 11th, 2009, 09:49 AM
Diane Morin's Avatar
Diane Morin Diane Morin is offline
Éditeur et Directeur de Francophones des FluTrackers
 
Join Date: Mar 2007
Location: Ville de Québec
Posts: 33,456
Default Re: Grande-Bretagne: situation économique et impacts

Le déficit de la Grande-Bretagne enfle, un appel au FMI est évoqué

AFP
Édition du samedi 11 et du dimanche 12 avril 2009



Photo: Agence Reuters

Londres -- À quelques jours de la présentation du budget du Royaume-Uni, le creusement du déficit public alarme tellement les économistes que certains évoquent un recours au Fonds monétaire international (FMI), même si le premier ministre Gordon Brown l'écarte pour l'instant.

Le ministre des Finances Alistair Darling, qui présentera ce budget le 22 avril, a prévenu que la récession dans le pays était «pire que ce à quoi on s'attendait».

Selon le Sunday Times, il pourrait annoncer une contraction de 3 % de l'économie britannique en 2009, ce qui serait la pire baisse depuis 1945, alors que le ministre disait en novembre anticiper une contraction de 1 % seulement cette année.

Beaucoup d'économistes pensent même que la contraction sera plus élevée.

Handicapé par des recettes fiscales en berne, ayant injecté des dizaines de milliards de livres dans les banques du pays, dont quatre sont maintenant nationalisées à des degrés divers, le gouvernement voit le déficit et la dette publics se creuser à toute vitesse.

Même Mervyn King, le gouverneur de la Banque d'Angleterre, a mis en garde le gouvernement contre un nouveau plan de relance massif dans son prochain budget.

Et dans des conditions économiques aussi détériorées, l'hypothèse d'un recours au FMI commence à circuler.

Le financier américain George Soros a estimé fin mars dans le Times qu'il était inquiétant que «le trou des banques soit comblé en augmentant la dette» au Royaume-Uni. Il a estimé alors qu'un appel au FMI était «possible», mais non «probable».

Simon Johnson, ancien économiste du FMI, est allé plus loin en notant que le gouvernement britannique «avait besoin d'aide» parce que l'économie était «en grande difficulté». Il a estimé que la Grèce, l'Espagne, l'Irlande voire l'Italie devaient aussi songer à une aide.

La dernière fois que le Royaume-Uni a eu recours au FMI remonte à 1976, un traumatisme national qui a mis à mal la réputation des travaillistes -- le parti de M. Brown -- pendant vingt ans.

Les conditions sont toutefois différentes aujourd'hui: le FMI vient en effet de réformer ses instruments de prêt, lançant «la ligne de crédit modulable», destinée «aux pays performants qui risquent de ressentir les effets de la crise», et il a invité de tels pays à ne pas hésiter à y avoir recours avant qu'il ne soit trop tard. Le Mexique, qui n'est pas aux abois, a été le premier à se lancer la semaine dernière.

Cela a alors suscité des commentaires enthousiastes de la part de deux ministres britanniques, le secrétaire au Trésor Stephen Timms et le ministre du Commerce Peter Mandelson, qui ont souligné tous deux qu'on n'était dorénavant plus «montré du doigt» quand on se tournait vers le FMI.

Un ministre de haut rang a expliqué sous couvert de l'anonymat au Daily Telegraph que dans les années 1970, avoir recours au FMI était «comme aller aux urgences», mais qu'avec cette nouvelle méthode, c'était «comme aller au spa pour récupérer».

M. Mandelson, pressé sur la chaîne Channel 4 de répondre à M. Johnson, a répondu par deux fois: «Je ne pense pas que nous serons en tête de la file d'attente», avant d'éluder: «enfin, je ne pense pas que nous serons dans la file du tout».

M. Brown pour sa part n'a pas voulu ouvrir une telle porte. «Certains pays ont indiqué qu'ils auraient recours [à la ligne de crédit du FMI], mais ce n'est pas notre cas», a-t-il déclaré le 2 avril, au sommet du G20.

http://www.ledevoir.com/2009/04/11/245165.html
Reply With Quote
  #5  
Old April 11th, 2009, 01:28 PM
Françoise Ramona's Avatar
Françoise Ramona Françoise Ramona is offline
Éditeur, Senior Moderator
 
Join Date: May 2006
Posts: 8,651
Default Re: Grande-Bretagne: situation économique et impacts

A la City, le premier prêteur sur gages depuis un siècle

LE MONDE | 10.04.09 | 14h11 •









LONDRES CORRESPONDANT
Charles Dickens a immortalisé le prêteur sur gages profitant de la misère de la classe ouvrière. Les clients qui se pressent au 176 Bishopsgate, à Londres, sont pourtant à des années-lumière des esclaves fourbus et sales de la révolution industrielle gageant une malheureuse possession pour quelques deniers. Cravatés, rasés de près, portant costume chic et chaussures noires, ces cadres déposent au guichet des montres et bijoux "griffés" qui servent de contrepartie à l'octroi de prêts de plusieurs milliers de livres. D'autres, feuille de paie en main, demandent une avance sur salaire.

Sur le même sujet



Les faits Royal Bank of Scotland va supprimer jusqu'à 9 000 emplois d'ici deux ans
Chronique "Breakingviews" Gordon Brown est acculé à la rigueur budgétaire
Infographie Royaume-Uni : la cinquième puissance industrielle au monde
Edition abonnés Archive : Le Royaume-Uni face à la pire récession depuis 1945




Bienvenue chez Nikolas Michael, le premier prêteur sur gages à avoir pignon sur rue dans la City depuis un siècle ! Situé face à la gare de Liverpool Street, en plein coeur de la première place boursière européenne, cet établissement ouvert en mars symbolise la gravité de la crise financière frappant le sanctuaire du capitalisme britannique. Le précédent locataire des lieux, une société spécialisée dans le recrutement de salariés de la finance, a fait faillite.

"OPÉRATEURS PRIS À LA GORGE"

"Les opérateurs de la City sont pris à la gorge. Les banques refusent les découverts et les prêts personnels à la consommation ou chargent des taux d'intérêt quasi usuraires alors que le loyer de l'argent est au plus bas" : les coffres de Michael Julian, 32 ans, copropriétaire de la nouvelle enseigne, sont remplis d'objets pour traders, à l'instar de montres Rolex et Jaeger ou de bijoux Bulgari et Cartier.
Ce Londonien de souche exploite un marché en plein essor, les prêts-relais permettant de faire face à des difficultés imprévues de la vie professionnelle, comme le licenciement, la suppression de la prime de fin d'année ou la distribution de stock-options au lieu de cash. "Les salariés de la City sont riches en actifs mais pauvres en liquide. C'est une solution à court terme", explique notre interlocuteur en évaluant de ses yeux perçants les pierres précieuses d'un collier. Le contrat avec l'emprunteur est conclu pour sept mois maximum. Le taux d'intérêt est de 6 %.
Selon la National Pawnbrokers Association, l'organisation professionnelle du secteur, les sociétés de prêts sur gages britanniques ont enregistré un chiffre d'affaires record en 2008.
Toutefois, Michael Julian entend quitter ce business dès le retour de la croissance économique. Le jeune entrepreneur songe alors à ouvrir une bijouterie dans la City, "le centre du monde".
Marc Roche


http://abonnes.lemonde.fr/la-crise-f...ens_id=1117337
Reply With Quote
  #6  
Old June 17th, 2009, 05:23 PM
Diane Morin's Avatar
Diane Morin Diane Morin is offline
Éditeur et Directeur de Francophones des FluTrackers
 
Join Date: Mar 2007
Location: Ville de Québec
Posts: 33,456
Default Grande-Bretagne: British Airways demande du bénévolat à ses employés

British Airways demande du bénévolat à ses employés

17 juin 2009 | 14h07
ARGENT

Mathieu Lavallée
Argent

Le transporteur aérien British Airways a annoncé hier avoir demandé à ses employés de travailler gratuitement.



L’appel à l’aide aux employés leur demande de se porter volontaire pour une à quatre semaines de travail gratuit ou de congé sans solde.
British Airways a fait état le mois dernier d’une perte annuelle record.

Le directeur général de la compagnie, Willie Walsh, a indiqué que ce projet faisait partie du programme de réductions de coûts du transporteur. Il a d’ailleurs promis de travailler gratuitement en juillet, en compagnie du directeur financier, Keith Williams.

Les différents syndicats des employés du transporteur aérien ont très mal réagi à la proposition. Un porte parole de Unite, le plus gros syndicat de British Airways, a déclaré « Willie Walsh peut se permettre de travailler un mois gratuitement. Mais pas nos membres ».
La troisième plus grosse compagnie aérienne d’Europe, selon le chiffre d’affaires, a annoncé en mai une perte annuelle de 220M de livres sterling (260M Euros).
Reply With Quote
  #7  
Old July 29th, 2009, 08:29 AM
Diane Morin's Avatar
Diane Morin Diane Morin is offline
Éditeur et Directeur de Francophones des FluTrackers
 
Join Date: Mar 2007
Location: Ville de Québec
Posts: 33,456
Default Le cruel dilemme de la Banque d'Angleterre

Le cruel dilemme de la Banque d'Angleterre

LE MONDE | 27.07.09 | 13h34

La Banque d'Angleterre doit choisir : faut-il ou non continuer d'injecter de la monnaie dans le circuit ? Les critiques ont fusé lorsqu'Andrew Sentance, membre du comité de politique monétaire de la Banque, a proposé de suspendre le programme d'achat d'emprunts d'Etat britanniques financé par la planche à billets. Certes, cela ne ferait pas les affaires du gouvernement, mais il faut reconnaître que ce programme donne à la Banque d'Angleterre un rôle qui n'est pas le sien. En outre, ladite politique n'a pas l'air d'être concluante.

Les propos de M. Sentance sont peut-être à l'origine du sursaut observé récemment sur le marché obligataire. Le taux de l'emprunt à 10 ans frôle de nouveau 4 %. Mais que croit le gouvernement ? C'est sa gestion budgétaire laxiste qui a produit une avalanche de nouveaux emprunts.
La Banque d'Angleterre n'a pas vocation à voler à son secours. Le moindre indice d'une connivence avec le gouvernement pour l'aider à lever des fonds provoquerait immédiatement le retrait des investisseurs, le plongeon de la livre et la flambée de l'inflation.

Le retour au statu quo ante est la condition nécessaire pour éviter tant le dérapage de l'inflation que l'apparition de la déflation. Vue sous cet angle, la question de savoir s'il faut poursuivre l'arrosage monétaire intensif ou non se fait plus complexe. Il semble que les banques n'aient pas redistribué dans l'économie les 125 milliards de livres sterling (144,5 milliards d'euros) du programme qui s'achève bientôt. Selon la banque centrale, l'encours des prêts aux entreprises a reculé de 3,4 milliards de livres au mois de mai.

Le tableau est tout aussi morose pour les prêts immobiliers. La Banque d'Angleterre a fait savoir que l'encours n'a jamais été aussi bas depuis 1993, date à laquelle a été créée la série statistique. Si les vannes du crédit immobilier ne s'ouvrent pas plus, les prêts ne pourront que continuer à baisser.

Les indicateurs monétaires montrent aussi que, paradoxalement, le volume du crédit régresse depuis que la politique d'injection massive de monnaie a été lancée. Au cours des trois derniers mois, l'agrégat M4 est resté quasiment stable, ne croissant que de 0,8 % en rythme annuel.
Selon les données les plus récentes, le PIB s'est encore contracté au second trimestre. Il s'est réduit de 0,8 %, un chiffre plus mauvais qu'attendu. On ne peut donc pas vraiment dire que la reprise commence à pointer le bout du nez.

La Banque d'Angleterre ne devrait pas continuer à injecter de la monnaie tous azimuts, d'autant que l'efficacité du procédé reste à démontrer. Les pouvoirs publics doivent bien comprendre qu'il n'existe pas de baguette magique. C'est en s'engageant sur la voie de l'effort et de la persévérance que le pays se redressera.

(Traduction de Christine Lahuec.)

http://www.lemonde.fr/la-crise-finan...4_1101386.html
Reply With Quote
  #8  
Old August 17th, 2009, 03:17 PM
Diane Morin's Avatar
Diane Morin Diane Morin is offline
Éditeur et Directeur de Francophones des FluTrackers
 
Join Date: Mar 2007
Location: Ville de Québec
Posts: 33,456
Default Le chômage des jeunes fait craindre une "génération perdue" au Royaume-Uni

Le chômage des jeunes fait craindre une "génération perdue" au Royaume-Uni

LE MONDE | 17.08.09 | 16h47 • Mis à jour le 17.08.09 | 16h47

Londres, correspondant

Il dispose d'un bon diplôme d'informaticien, Slenio Fernandes. Pourtant ce garçon de 25 ans à l'air d'adolescent sage doit se contenter d'un travail temporaire de manutentionnaire, sept heures par semaine, dans un entrepôt d'une chaîne de surgelés de Swindon, ville industrielle de l'ouest de l'Angleterre. "J'ai envoyé une centaine de CV et je n'ai eu que quelques entretiens sans suite. Il est urgent de trouver un emploi. Je ne pensais pas que ce serait si dur", avoue le jeune homme. Depuis le début de la crise, les usines automobiles, les équipementiers et les bureaux de haute technologie de la région auprès desquels il a fait acte de candidature ont gelé tout recrutement ou licencient.


Slenio fait partie de la "génération perdue", comme on appelle les jeunes chômeurs britanniques de moins de 25 ans sans espoir de trouver un emploi. "Ils sont pris dans une spirale dangereuse pouvant conduire à la délinquance, à la marginalisation", s'alarme le Prince's Trust, l'organisation caritative du prince Charles. Certains experts estiment que bon nombre d'étudiants quittant l'université risquent de devoir attendre cinq ans avant de trouver un emploi.

"Nous avons sauvé les banques, sauvons maintenant la jeune génération, pour notre avenir autant que pour le leur", s'inquiète le quotidien populaire The Sun. A la rentrée, la situation ne va pas s'améliorer. Le marché du travail, déjà totalement déprimé, sera confronté à l'afflux de 700 000 jeunes, dont 300 000 nouveaux diplômés.

A n'en pas douter, la "génération perdue"sera l'un des thèmes de l'élection générale qui doit se tenir au plus tard à la mi-juin 2010. En effet, les jeunes sont les premiers touchés par la montée du taux de chômage, au Royaume-Uni, à 7,8 % sur les trois mois achevés en juin, soit le niveau le plus haut depuis 1996.

LACUNES DE LA FORMATION

Le nombre des sans-emploi frôle désormais les 2,5 millions et devrait atteindre 3 millions l'an prochain : un jeune Britannique sur cinq entre 16 et 24 ans est au chômage. Et à l'inverse des récessions précédentes, le phénomène ne touche plus seulement les zones industrielles traditionnelles comme les Midlands, le nord de l'Angleterre ou l'Ecosse, mais les pôles technologiques de l'ouest et du sud-est anglais.

Comment expliquer que la récession est en train de détruire l'avenir de ceux-là mêmes sur lesquels le pays compte pour payer les énormes dettes d'aujourd'hui ? Le retour de la culture d'assistanat chez les teen-agers d'Albion est d'abord le résultat de l'explosion du nombre de diplômés universitaires depuis la récession du début des années 1990. Par ailleurs, en raison des lacunes de la formation professionnelle, un grand nombre d'adolescents quittent l'école à 16 ans dépourvus du bagage scolaire nécessaire pour décrocher un poste d'apprenti.

De surcroît, les conditions du recours au motif économique pour licencier les jeunes sont plus souples au Royaume-Uni qu'en France. La simple baisse d'activité ou sa probabilité suffisent pour l'invoquer. Aussi, paradoxalement, les employeurs privilégient l'expérience professionnelle, notamment celle des préretraités, redoublant ainsi la concurrence pour les nouveaux emplois qui se créent, comme dans la distribution. Une étude commanditée par la chaîne de restaurants McDonald's conclut que ses clients, pourtant en majorité jeunes, préfèrent être servis par des employés plus âgés.

Enfin, dans ce pays qui fut longtemps le modèle du plein-emploi, les chômeurs ont mauvaise presse. "Quand l'économie rebondira, aux yeux des employeurs, ils seront désavantagés par rapport aux nouveaux entrants sur le marché du travail qui apparaîtront plus déterminés à réussir", prévient Howard Archer, économiste auprès d'IHS Global Input.

Marc Roche

http://www.lemonde.fr/europe/article...9183_3214.html
Reply With Quote
  #9  
Old November 30th, 2009, 09:04 PM
Diane Morin's Avatar
Diane Morin Diane Morin is offline
Éditeur et Directeur de Francophones des FluTrackers
 
Join Date: Mar 2007
Location: Ville de Québec
Posts: 33,456
Default Re: Grande-Bretagne: situation économique et impacts

Traduction automatique

Grande-Bretagne est sur le point d'Armageddon financier?


Par James Palumbo
Dernière mise à jour à 11:07 pm le 27 Novembre 2009

Il est l'un de nos meilleurs entrepreneurs qui ont mis récemment tous ses placements en liquidités. La raison: Il croit que la Grande-Bretagne fait face à la faillite. Vous mai pas d'accord avec son analyse morne, mais vous ne pouvez pas permettre de ne pas le lire

Il ya un an, le monde a réagi avec étonnement que l'Islande techniquement a fait faillite. Il semblait inconcevable qu'une nation démocratique moderne pouvait avoir un tel finances alarmante que seule une libération sous caution d'urgence 6 milliards $ à partir de la Fonds monétaire international permis à son économie de continuer à fonctionner.

Cette semaine, nous avons assisté à une crise similaire dans les Moyen-Orient mais sur un jour, échelle beaucoup plus dangereux, car Dubaï efficacement en carence de 48billion £ de prêts.

À moins que son plus prudent et à l'huile riche voisin, Abou Dhabi, lance un plan de sauvetage et Dubaï - une fois un monument doré à la réussite financière - sera effectivement insolvable.


Face Doomsday? London's Canary Wharf. Grande-Bretagne a été la plus durement touchée par la crise du crédit


Ce qui nous amène à une question obsédante: que les pays du monde les plus durement touchés par le resserrement du crédit, le produit intérieur brut (PIB) devrait baisser de près de cinq pour cent en 2009, la Grande-Bretagne pourrait être le prochain?

Pensons l'impensable pour un moment. Tels sont les faits.

Même avant la crise financière, le Gouvernement britannique a dépensé environ 30 milliards de £ de plus par an que cela a obtenu des recettes fiscales. Cet argent, bien sûr, ont dû être empruntés auprès d'investisseurs internationaux.

Aujourd'hui, le gouvernement a besoin jusqu'à 200billion £ par an pendant au moins les trois prochaines années afin de respecter ses engagements de dépenses. Mais les estimations du gouvernement sous-estiment invariablement son vrai besoin, et ils doivent être constamment révisées à la hausse.

Avant la crise, la dette totale du gouvernement s'élevait à environ 40 pour cent du PIB. Il est maintenant d'environ 60 pour cent du PIB, mais elle devrait s'élever à près de 100 pour cent au cours des prochaines années. Mais encore une fois, ce n'est pas l'histoire complète.

Plus d'informations ...

Trésor des estimations de la taille de la dette nationale ignorer les soi-disant «engagements hors bilan", comme les Private Finance Initiatives (en fait, les hôpitaux et les écoles construites avec l'argent prêté par le secteur privé) ainsi que l'énorme passif non capitalisé de pension gouvernementaux.

Il y mai être des autres passifs, caché. Après la révélation choquante de cette semaine de prêts secret de 62billion £ faite par la Banque d'Angleterre à la Royal Bank of Scotland et HBOS à la hauteur de la crise du crédit, qui sait combien d'autres squelettes restent dans le cabinet du Trésor?

Il est sage de supposer que la taille réelle des dettes de la Grande-Bretagne pourrait être beaucoup plus grands que nous pensons tous.

Or, les dirigeants des deux parties ne peuvent pas le reconnaître. Pourquoi? Parce que toute analyse objective ne sort que d'une chose - nous avons besoin de réductions de dépenses massives et une hausse des taxes pour éviter la façon dont la position de l'Islande et à Dubaï.

Crise: Une voiture abandonnée par son propriétaire étranger à un développement de luxe à Dubaï


Les nouvelles sont potentiellement si mauvaise que les politiciens ne veulent tout simplement pas le public de savoir ce qui se passe.

Étant donné l'ampleur de la crise, alors ce que proposent-ils? New Labour est la non-incarcération, ce qui suggère que les réductions sera prudent, réfléchi et épargner la douleur pires des gens. Les conservateurs ont pris pour cible près de 7 milliards GBP de réduction des dépenses, mais celles-ci ne se fera pas immédiatement et ne ressemblent pas assez pour rééquilibrer les livres de la nation.

D'ailleurs, une minute, les conservateurs sont d'austérité prédication », avertissant que des coupures sauvages sont nécessaires, le prochain David Cameron est révélateur de la Ville que «notre stratégie doit être pour la croissance, maintenant et à long terme».

Ces gesticulations, des promesses volte-face et vagues sont vraiment préoccupant. Car, ne vous méprenez pas, nous pourrions être en équilibre au bord de la crise une véritable épopée nationale - l'une qui fait des difficultés financières des 18 derniers mois, semblent comme un simple inconvénient.

Au cours des dernières années, films catastrophe hollywoodiens ont montré au monde l'objet d'attaques par des étrangers ou d'être détruite par le réchauffement climatique. Nous avons tous ravis d'images de la White House d'être emporté par un faisceau laser géant ou Big Ben gelés dans une dérive de neige Âge de Glace.

Les politiciens ne veulent pas que le public sache ce qui se passe


Un film catastrophe impliquant des pays faire faillite n'a pas tout à fait à l'appel dramatique même, mais il serait tout aussi meurtrières que le tsunami frappe Londres - Et nous avons bien peu laissés à nous défendre.

Nous avons déjà eu un grand choc pour le système financier britannique car plusieurs de nos plus célèbres banques était sur le point. Le Trésor a dépensé des centaines de milliards de livres sterling du contribuable à essayer pour stabiliser le navire. L'armoire financier est désormais nu. Alors, que pourrait causer la deuxième vague de la catastrophe?


En trois mots, - une crise de la livre sterling. Jusqu'à présent, le confinement de la crise a mis l'accent sur le sauvetage des banques et de pomper plus d'argent dans le système par l'intermédiaire du Zimbabwe crazy-esque expédient de «assouplissement quantitatif» - inondations efficacement le système bancaire avec plus d'argent.


Cela a coûté des centaines de milliards de livres, qui doit être remboursée si l'on veut éviter une inflation galopante. Cela signifie emprunter plus d'argent sur les marchés monétaires internationaux.


Mais il ya un problème. Jusqu'à récemment, il était impensable qu'une nation souveraine ne pouvait pas le service de ses dettes. Et pourtant, c'est exactement ce qui vient d'arriver avec Dubaï.


Alistair Darling a aidé cacher £ 62bn de prêts d'urgence aux banques britanniques


Si les bailleurs de fonds internationaux commencent à douter de la solvabilité des UK plc, ils vont déclasser notre cote de crédit et à augmenter considérablement les taux d'intérêt qu'ils facturent. Banques britanniques devront emboîter le pas de s'aligner sur ces tarifs, exerce une pression insoutenable sur notre économie en difficulté.


Des milliers d'entreprises déjà touchées par la récession va faire faillite. Piégés par la montée du chômage et les prestations sociales, le gouvernement devra emprunter davantage. Et le cycle infernal de la dette continuera à descendre en vrille à la faillite nationale - et, potentiellement, l'anarchie sociale.

Pourquoi pas nos politiciens d'avoir une prise?

Les graines d'une catastrophe éventuelle future ont été semées au cours des années Blair. Blair a hérité d'une économie forte et stable qui avait été gérée de manière responsable par ses prédécesseurs conservateurs des niveaux acceptables de la dette publique.

Il a disputé son premier mandat avec le sens de bon manuel, elle était une continuation de la politique conservatrice à tous les degrés et à des fins, avec une dette maintenu au plus bas. Après cela, peut-être parce que l'opposition était si faible, Blair et son chancelier laisser déchirer.

Les énormes dépenses, par le New Labour sur les services publics au cours de ses deux derniers termes est une bonne idée en principe, mais une catastrophe dans la pratique. C'est que Blair n'était pas un type «détails» de sa personne.

Comme avec l'invasion de Iraq, Il a pris des décisions de grande envergure sur la planification économique fondée sur un peu plus d'une vision large, sans doute désireux de sentir la main de l'histoire sur son épaule. Au lieu de l'argent est bien géré, avec chaque centime comptabilisés comme avec un budget des ménages, il a été pulvérisé à propos indistinctement comme un tuyau d'incendie hors de contrôle.

En conséquence, les conservateurs accusent le gouvernement de «ne pas fixer le toit tandis que le soleil brillait. Mais le problème est qu'ils ne suggère pas à l'époque. La politique était devenue si centriste qui pour les conservateurs de suggérer de retenue à une époque de prospérité économique aurait été un suicide électoral.

Nous récoltons aujourd'hui la récolte de ce conformisme à courte vue.

Pourtant, même maintenant, aucune personne au pouvoir n'ose dire la vérité.


Noël est seulement quatre semaines avant, les gens ne veulent pas entendre de mauvaises nouvelles. Nos politiciens ne voulons pas être ceux de la livrer nouvelles (Bad égaux votes perdus). Mais malheureusement, comme situation de Dubaï montre maintenant, nous devons cesser de penser qu'elle ne pouvait pas nous arriver et commencer à avoir un débat d'urgence au niveau national si nous voulons avoir un quelconque espoir de conjurer le désastre.


Les conservateurs sont-cotes pour gagner la prochaine élection générale, qui se tiendra probablement en Mai ou Juin. Il ya un avis, ils ne seront pas annoncer la gamme complète des réductions de dépenses qu'ils ont l'intention de faire en toute sécurité jusqu'à ce qu'il soit gagné.


Une fois au pouvoir, ils peuvent réclamer la situation est bien pire que prévu et ils reprendront dorénavant la hache. Mais ne nous voulons un parti qui surfe au pouvoir par une vague d'optimisme, alors seulement à révéler son vrai caractère plus tard? Ce n'est guère l'étoffe de la grandeur.

La triste réalité, c'est ce que nous voyons avec les conservateurs, c'est probablement ce que nous obtiendrons; décent CHAPS suffisant mais pas Margaret Thatcher ou Winston Churchill pour nous sauver de notre temps de besoin. Un résultat encore pire serait un parlement sans majorité et de la paralysie politique qui s'est ensuivi, qui aurait presque certainement provoquer un effondrement de la livre sterling.


Il est compréhensible que personne ne veut parler le langage de la crise. Réductions de dépenses et une hausse des taxes ne sont pas des concepts populaires. Peut-être que c'est juste un fait de nature humaine qu'il est seulement possible de commencer le débat lorsque l'ampleur de la crise est incontestable. Mais l'histoire nous enseigne que ces faux-fuyants ne fait qu'aggraver la douleur dans le long terme.


Temps actuels sont alarmants, comme 1939, lorsque les nations ne veulent pas accepter la perspective d'une guerre, ou - si elles ont fait - de se sentir aimé que ce serait fini rapidement.


Même notre premier ministre d'alors, Neville Chamberlain, Retardés, entame des négociations pour la paix futiles et en refusant d'accepter la réalité. Il a fallu un grand homme, probablement le plus grand Anglais de tous les temps, pour sauver la nation.


Et si le grand danger dans notre vie n'est pas un militaire, mais une guerre économique? Qui donc a le courage moral de prendre les mesures difficiles mais nécessaires?

James Palumbo est un ancien banquier de la ville et fondateur de Ministry of Sound, La plus grande maison de disques indépendante au monde, qui avait un chiffre d'affaires de l'an dernier 80 millions de £.


Read more: http://www.dailymail.co.uk/news/article-1231563/Is-Britain-brink-financial-armageddon.html#ixzz0YOl3IFSv

http://www.dailymail.co.uk/news/arti...#ixzz0YMwgTPRt
Reply With Quote
  #10  
Old January 12th, 2010, 09:57 AM
Diane Morin's Avatar
Diane Morin Diane Morin is offline
Éditeur et Directeur de Francophones des FluTrackers
 
Join Date: Mar 2007
Location: Ville de Québec
Posts: 33,456
Default Angleterre: L'hypothèque ou le loyer sur la carte de crédit?

L'hypothèque ou le loyer sur la carte de crédit?

11.01.2010 - 10:49 - Finance et Investissement


Près d'un million de ménages anglais auraient déjà utilisé leur carte de crédit afin de payer leur loyer ou leur hypothèque.


Le sondage, mené par YouGov pour le compte de Shelter, un organisme qui combat l'itinérance, révèle que 8% des répondants qui ont affirmé avoir eu recours à leur carte de crédit pour ces dépenses provenaient du milieu ouvrier. Plus surprenant, on constate que 4% des répondants appartenaient quant à eux à la classe moyenne.
La capitale est la ville où l'on est le plus susceptible de se fier sur sa carte de crédit pour se loger. En effet, lorsqu'interrogé sur le sujet, près d'un londonien sur douze a répondu par la positive.

Shelter souligne que, bien que plusieurs consommateurs disent utiliser leur carte de crédit afin de profiter des avantages liés aux systèmes de points, il est important de rappeler que les compagnies de crédit ne sont pas soumises aux mêmes règles que les autres prêteurs hypothécaires.

En effet, lorsqu'une compagnie de crédit reçoit un ordre de transaction sur une propriété, elle peut par la suite demander à la justice de prendre possession du bien immobilier afin d'obtenir remboursement dans le cas d'un défaut de paiement.

Avec Ifaonline.com

http://www.finance-investissement.co...credit/a/29190
Reply With Quote
  #11  
Old May 18th, 2010, 06:52 AM
Diane Morin's Avatar
Diane Morin Diane Morin is offline
Éditeur et Directeur de Francophones des FluTrackers
 
Join Date: Mar 2007
Location: Ville de Québec
Posts: 33,456
Default Re: Grande-Bretagne: situation économique et impacts

La solvabilité du Royaume-Uni remise en cause par le LEAP/E2020

LONDRES - "L'économie britannique est dans un état terrible et le pays doit s'attendre à traverser des moments difficiles sur fond de lutte contre un déficit budgétaire record", a déclaré George Osborne, nouveau ministre des Finances. George Osborne a pris ses nouvelles fonctions cette semaine après la formation du gouvernement de coalition entre les conservateurs et les libéraux-démocrates.

"Nous faisons face à un énorme défi économique", écrit Osborne dans une tribune à paraître dimanche. "Nous ne serons pas en mesure de changer les choses en une semaine, un mois voire même un an. Nos problèmes économiques sont très profonds et nous devons inévitablement nous attendre à des moments difficiles".

La diminution du déficit budgétaire de 11% du PIB est au centre de la politique du nouveau gouvernement, qui s'est déjà engagé à diminuer les dépenses publiques de 6 milliards de livres sterling sur 2010.

Osborne annonce vouloir réduire les dépenses publiques, assurer la stabilité économique et maintenir les taux d'emprunt immobilier à de bas niveaux. Cameron a quant-à-lui estimé qu'aucun gouvernement des temps modernes ne s'était jamais trouvé face à un héritage économique aussi désastreux.

Dans son dernier rapport de Mai, le LEAP/E2020, Laboratoire Européen d'Anticipation Politique/Europe2020, anticipe d'ici l'été pour le Royaume-Uni une situation similaire à celle vécue en Grèce avec toutefois la particularité d'être devenu un pays désormais totalement marginalisé. Ayant refusé de se joindre aux mesures défensives et protectrices communes de l'Eurozone lors du week-end historique du 8-9 mai, les dirigeants britanniques se sont isolés et ont de facto refusé d'attraper une des dernières bouées de sauvetage qui passait à leur portée. Le pays aurait besoin cette année de trouver sur les marchés 200 milliards d'euros pour boucler son budget. Une prochaine montée en puissance des craintes d'insolvabilité du Royaume-Uni pousserait les taux d'obligations souveraines UK fortement à la hausse et le pays serait sans doute contraint de rapidement faire appel au FMI. Les pressions sur l'EURO se reporteraient dès lors sur la livre anglaise.

Le Leap/Europe2020 a annoncé dès 2005-2006 dans son 'GEAB' (Global Europe Anticipation Bulletin) l’explosion de la bulle financière et immobilière apparue depuis les années 2000, ainsi que ses conséquences possibles dans différents pays du monde. La crise financière commencée en juillet 2007 valide à l'heure actuelle une grande partie de ses analyses et méthodes d’anticipation.

(Romandie.com / 16 mai 2010 11:40)

http://www.romandie.com/infos/ats/di...1111111111.xml

Nous suivons dans le fil suivant les analyse et anticipations du Leap/Europe2020:

Après la crise financière, la guerre civile ? ( 1 2 3)
Reply With Quote
  #12  
Old June 18th, 2010, 06:54 PM
Diane Morin's Avatar
Diane Morin Diane Morin is offline
Éditeur et Directeur de Francophones des FluTrackers
 
Join Date: Mar 2007
Location: Ville de Québec
Posts: 33,456
Default Re: Grande-Bretagne: situation économique et impacts

Le Qatar met la main sur un quartier d'affaires de Londres

LEMONDE.FR avec AFP | 18.06.10 | 20h30 • Mis à jour le 18.06.10 | 20h53




REUTERS/© Toby Melville / Reuters
Le quartier de Canary Wharf, à Londres.




Le fonds souverain du Qatar s'apprête à prendre le contrôle complet de la société foncière qui possède le nouveau quartier d'affaires londonien de Canary Wharf, situé dans l'est de la capitale britannique, pour plus de 700 millions de livres, a révélé vendredi le Times.






Selon le quotidien, l'Autorité d'investissement du Qatar, l'AIQ, va racheter les 76 % de la société en question, Songbird Estates, qu'elle ne détient pas encore. Cette foncière détient elle-même 69 % du capital de Canary Wharf Group, l'entreprise cotée en Bourse qui gère ce quartier d'affaires. Songbird Estates a réagi en assurant n'avoir pas été approché par l'AIQ en vue d'une telle transaction. Mais ses actions ont néanmoins bondi de 4,86 % à 151 pences à la Bourse de Londres.

LE SYMBOLE DE LA PLACE FINANCIÈRE DE LONDRES

Canary Wharf, situé à l'est de la City de Londres, est un quartier ultra-moderne de la capitale britannique, qui abrite entre autres les bureaux de multiples grandes banques internationales (dont HSBC, Citigroup et Barclays), qui ont quitté le quartier historique de la City pour s'y installer, ainsi que de nombreuses autres multinationales. Le quartier a été bâti à partir de la fin des années 1980 autour d'anciens docks tombés en déshérence, au cœur d'une boucle de la Tamise. Il a été construit pour accompagner le boom de la finance entraîné par la dérégulation des marchés financiers britanniques (le "big bang" de 1986), qui a poussé de nombreux établissements, qui se sont trouvés soudainement à l'étroit dans la City, à chercher de nouveaux locaux. Les tours de Canary Wharf, parmi les plus hautes d'Europe, sont aujourd'hui considérées comme le symbole de la place financière de Londres.

Une telle transaction serait un nouveau coup audacieux pour le fonds qatari, qui se livre depuis plusieurs années à une véritable frénésie d'investissements en Grande-Bretagne. Elle lui permettrait de profiter de l'affaiblissement de la livre sterling, et de miser sur la reprise du marché de l'immobilier commercial britannique. Le fonds a déjà pris ces dernières années des participations importantes dans le gestionnaire de la Bourse de Londres (le London Stock Exchange), le distributeur Sainsbury et la banque Barclays. Il a aussi mis la main le mois dernier sur les célèbres magasins Harrods.

En savoir plus :
-L'article du Times (sur abonnement)

http://www.lemonde.fr/economie/artic...5309_3234.html
Reply With Quote
  #13  
Old June 18th, 2010, 06:57 PM
Diane Morin's Avatar
Diane Morin Diane Morin is offline
Éditeur et Directeur de Francophones des FluTrackers
 
Join Date: Mar 2007
Location: Ville de Québec
Posts: 33,456
Default Re: Grande-Bretagne: situation économique et impacts

Régulation samedi19 juin 2010

La Grande-Bretagne avance seule dans la régulation bancaire

Eric Albert

Londres va annoncer ce mardi l’introduction d’une taxe sur les établissements financiers, sans attendre de trouver un compromis international

La Grande-Bretagne va annoncer ce mardi l’introduction d’une taxe sur les banques, sans attendre de trouver un compromis international. Mark Hoban, secrétaire d’Etat à la City, révèle dans une interview au Temps qu’une taxe bancaire va être annoncée et chiffrée dans le budget de l’Etat présenté ce mardi.

(La suite nécessite un abonnement)

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/a562...ation_bancaire
Reply With Quote
  #14  
Old November 11th, 2010, 02:48 AM
Diane Morin's Avatar
Diane Morin Diane Morin is offline
Éditeur et Directeur de Francophones des FluTrackers
 
Join Date: Mar 2007
Location: Ville de Québec
Posts: 33,456
Default Re: Grande-Bretagne: situation économique et impacts

Le Royaume-Uni annonce une réforme "radicale" de l'Etat-providence

LEMONDE.FR avec AFP | 04.10.10 | 15h43 • Mis à jour le 04.10.10 | 19h12





Le ministre des finances britannique, George Osborne, prononçait un discours très attendu lundi 4 octobre à la conférence du parti conservateur.AP/Kirsty Wigglesworth



Le ministre des finances britannique, George Osborne, a annoncé lundi 4 octobre une réforme "radicale" de l'Etat-providence, comprenant notamment la fin des allocations familiales universelles,dans le cadre d'un programme d'austérité draconien dont les détails doivent être annoncés le 20 octobre.


Le budget de l'assurance sociale, qui atteint 194 milliards de livres (222 milliards d'euros), est une cible privilégiée de cette sévère cure d'austérité qu'a annoncée le grand argentier britannique le 22 juin dernier. "Ensemble, nous avons réussi là où personne à notre place n'avait jamais réussi : s'entendre sur un accord pour un Etat-providence radicalement nouveau", a déclaré le ministre devant les militants du parti conservateur réunis en congrès annuel à Birmingham (centre), leur premier au pouvoir depuis quatorze ans.

UN "ÉTAT-PROVIDENCE RADICALEMENT NOUVEAU"

Exposant "la profonde injustice" d'un système d'aides sociales qui "piège des millions de nos concitoyens dans la dépendance, tandis que des millions d'autres doivent en payer la facture", M. Osborne a annoncé qu'un plafond – estimé à 500 livres par semaine selon le Guardian – sera fixé aux aides sociales que peut recevoir un foyer. Cette mesure vise en effet, selon M. Osborne, à empêcher que "plus jamais" une famille où les deux parents sont sans emploi gagne autant ou davantage que le salaire d'une famille de classe moyenne grâce aux allocations sociales.Le Trésor britannique a estimé que ces limitations pourraient toucher quelque 50 000 familles sans emploi.

/.../

http://www.lemonde.fr/economie/artic...ens_id=1438366
Reply With Quote
  #15  
Old November 11th, 2010, 02:54 AM
Diane Morin's Avatar
Diane Morin Diane Morin is offline
Éditeur et Directeur de Francophones des FluTrackers
 
Join Date: Mar 2007
Location: Ville de Québec
Posts: 33,456
Default Re: Grande-Bretagne: situation économique et impacts

A la Une > Europe
Le budget de la défense britannique a explosé

LEMONDE.FR | 15.10.10 | 10h37



Un audit pointe des dépassements de 3,3 milliards de livres (3,75 milliards d'euros) dans les dépenses de défense en Grande-Bretagne, vendredi, à quatre jours de l'annonce de choix budgétaires stratégiques dans ce secteur. Selon le National Audit Office, le budget d'équipement des armées a bondi de 3,3 milliards de livres dans les douze derniers mois du gouvernement travailliste, sans que ces surcoûts soient financés

/.../

http://www.lemonde.fr/europe/article...ens_id=1438366
Reply With Quote
  #16  
Old November 11th, 2010, 02:56 AM
Diane Morin's Avatar
Diane Morin Diane Morin is offline
Éditeur et Directeur de Francophones des FluTrackers
 
Join Date: Mar 2007
Location: Ville de Québec
Posts: 33,456
Default Re: Grande-Bretagne: situation économique et impacts

Défilés à Londres contre la hausse des frais d'inscription à l'université

LEMONDE.FR avec AFP | 10.11.10 | 09h32 • Mis à jour le 10.11.10 | 10h17







Actuellement, les frais d'inscription pour les étudiants britanniques et européens dans les universités anglaises ne peuvent pas dépasser 3 290 livres (3 777 euros) par étudiant et par an.Reuters/PAUL HACKETT



Plusieurs dizaines de milliers d'étudiants britanniques sont attendus dans les rues de Londres, où ils entendent protester contre l'augmentation prévue des frais d'inscription dans les universités britanniques. "24 034 étudiants se sont déclarés pour participer à la manifestation", affirme le Guardian, mercredi 10 novembre. Le plus gros contingent — 5 000 —d'étudiants devrait être fournis par les universités londoniennes, poursuit le Guardian. Envion 3 200 étudiants devraient venir des universités du sud-est du pays, 4 500 devraient venir du West Midlands, du Yorkshire et de l'Humberside. La manifestation est organisée par la National Union of Students et par le syndicat des enseignants (L'UCU, University and College Union).

Les frais d'inscription à l'université en Angleterre devraient considérablement augmenter d'ici 2012, certaines facultés pouvant jusqu'à tripler les frais d'entrée, a annoncé le 3 novembre, David Willetts, secrétaire d'Etat britannique chargé des universités.

/.../

http://www.lemonde.fr/europe/article...ens_id=1438366
Reply With Quote
  #17  
Old November 11th, 2010, 02:59 AM
Diane Morin's Avatar
Diane Morin Diane Morin is offline
Éditeur et Directeur de Francophones des FluTrackers
 
Join Date: Mar 2007
Location: Ville de Québec
Posts: 33,456
Default Re: Grande-Bretagne: situation économique et impacts

A Londres, une manifestation d'étudiants dégénère

LEMONDE.FR | 10.11.10 | 18h28 • Mis à jour le 10.11.10 | 21h20

Voir le diaporama ici:

http://www.lemonde.fr/europe/portfol...ens_id=1438366
Reply With Quote
  #18  
Old November 11th, 2010, 03:07 AM
Diane Morin's Avatar
Diane Morin Diane Morin is offline
Éditeur et Directeur de Francophones des FluTrackers
 
Join Date: Mar 2007
Location: Ville de Québec
Posts: 33,456
Default Re: Grande-Bretagne: situation économique et impacts

Traduction automatique

Demo protestations des étudiants 2010 - couverture en direct

• 35 manifestants arrêtés à occuper conservateur HQ
• La police et les manifestants blessés comme la tension monte
• Bonfire débuté en dehors de Millbank, sur la Tamise
NUS • estimation 52.000 manifestants dans la capitale
protestations des étudiants Demo 2010: entrée gain manifestants à 30 Millbank. Photo: Ben Stansall / AFP / Getty Images
21h43:
les manifestations d'aujourd'hui - le plus grand et le plus dramatique encore en réponse à la mesures d'austérité du gouvernement de la - sont largement plus, et je vais terminer notre blog en direct ici. Mais, comme la manifestation se termine, ce soir, les deux ministres et les manifestants sont en reconnaissant les événements Millbank Tower aujourd'hui sont susceptibles d'être «juste le début" de manifestations publiques de colère sur les coupures.
Voici un résumé sur les principaux événements de la journée:
Environ 52.000 étudiants ont défilé à travers Londres pour protester contre des plans pour augmenter les frais de scolarité, tout en réduisant le financement public pour l'enseignement universitaire.

Environ 200 personnes de mars occupent 30 Millbank - le bâtiment qui abrite le siège de campagne du Parti conservateur du - et un affrontement avec la police s'en est suivi.

La police anti-émeute se sont affrontés avec les manifestants, qui avaient brisé les vitres et monté sur le toit de l'immeuble. Quatorze personnes - la police et des militants - ont été blessés et la police a arrêté 35 manifestants.

La NUS ses distances avec la violence, avec son président Aaron Porter disant qu'il «absolument condamné" les scènes, le maire de Londres, Boris Johnson, a déclaré qu'il était consterné de voir que une petite minorité avait «abusé de leur droit de manifester", et le commissaire de police métropolitaine, Sir Paul Stephenson, a déclaré la force aurait dû prévoir le niveau de violence «meilleur», ajoutant: "c'est une honte pour Londres et pour nous. Il"



/.../

Lire la suite du reportage ici:

http://www.guardian.co.uk/uk/blog/20...-protests-live


Reply With Quote
  #19  
Old December 9th, 2010, 01:51 PM
Diane Morin's Avatar
Diane Morin Diane Morin is offline
Éditeur et Directeur de Francophones des FluTrackers
 
Join Date: Mar 2007
Location: Ville de Québec
Posts: 33,456
Default Re: Grande-Bretagne: situation économique et impacts

Violent face-à-face entre étudiants britanniques et policiers

LEMONDE.FR avec AFP | 09.12.10 | 18h31 • Mis à jour le 09.12.10 | 19h16

De violents incidents ont éclaté jeudi 9 décembre en milieu d'après-midi à Londres entre policiers et manifestants mobilisés contre la hausse des droits d'entrée à l'université, faisant plusieurs blessés.

Scotland Yard a annoncé dans un communiqué que deux officiers avaient été blessés, dont un grièvement à la nuque après avoir été frappé. Le second homme, appartenant à la police montée, a été hospitalisé avec des blessures aux jambes. Selon des témoins, il est tombé de sa monture, qui l'a piétiné après une charge.

Plusieurs étudiants sont sortis d'échauffourées le visage ensanglanté, après une intervention des policiers, armés de matraques, qui tentaient d'empêcher les manifestants de gagner le Parlement, où les députés débattaient d'un projet de loi sur les frais d'inscription à l'université.

/.../

http://www.lemonde.fr/europe/article...ens_id=1245893
Reply With Quote
  #20  
Old January 2nd, 2011, 06:25 AM
Diane Morin's Avatar
Diane Morin Diane Morin is offline
Éditeur et Directeur de Francophones des FluTrackers
 
Join Date: Mar 2007
Location: Ville de Québec
Posts: 33,456
Default Re: Grande-Bretagne: situation économique et impacts

Monde 01/01/2011 à 11h07 (mise à jour à 14h48)

La presse britannique broie du noir pour le nouvel an

72 réactions


Le feu d’artifice des coupes budgétaires décidées par le gouvernement va s’abattre sur les classes moyennes britanniques, prédit samedi la presse dans un véritable concours de pessimisme pour la nouvelle année.

Le Daily Mail prévoit «l’année la plus rude pour la classe moyenne depuis 1982»: La hausse de la TVA à 20% à compter de mardi coûtera en moyenne 520 livres (604 euros) à chaque ménage. Les familles seront frappées par le gel des allocations familiales - dont seront exclus les ménages les plus aisés en 2013 - et par la hausse des taux d’intérêt qui va alourdir les remboursements d’emprunts immobiliers.

Le Premier ministre David Cameron avait donné le la vendredi dans ses voeux: «2011 sera une année difficile, où nous prendrons des mesures dures, mais nécessaires».

Le Daily Telegraph, qui a mené sa propre étude, conclut que chaque famille de la classe moyenne perdra «3.000 livres en moyenne en 2011», du fait de l’inflation, de la baisse des allocations, et du gel des salaires. Les prix des transports - notoirement médiocres en Grande-Bretagne - doivent augmenter, ainsi que la facture énergétique et la nourriture. La hausse des taux d’intérêt frappera les ménages qui ont emprunté pour leur logement.
Les Britanniques sont «parmi les plus pessimistes du monde»


/.../

http://www.liberation.fr/monde/01012...r-le-nouvel-an
Reply With Quote
  #21  
Old January 26th, 2011, 05:41 AM
Diane Morin's Avatar
Diane Morin Diane Morin is offline
Éditeur et Directeur de Francophones des FluTrackers
 
Join Date: Mar 2007
Location: Ville de Québec
Posts: 33,456
Default Re: Grande-Bretagne: situation économique et impacts

La presse britannique craint un retour du pays dans la récession

mercredi 26 janv. 201164 par Shaun Curry

La presse britannique s'inquiétait mercredi de du recul totalement inattendu de l'économie britannique fin 2010, annoncé la veille, qui relance les craintes d'un retour du pays dans la récession et place la politique d'austérité budgétaire du gouvernement en porte-à-faux.

"Craintes d'un retour de la récession", s'alarmait le Times, qui, comme la plupart des journaux britanniques, consacrait l'essentiel de sa Une à la nouvelle "choc" de la contraction de 0,5% du Produit intérieur brut au quatrième trimestre 2010.

"Le spectre d'une récession en double creux (c'est-à-dire d'un retour dans la récession, après celle entraînée par la crise financière, ndlr) ressurgit après la chute brutale" du PIB, renchérissait le Daily Telegraph.

/.../

http://www.express.be/business/fr/ec...1f1/139493.htm
Reply With Quote
  #22  
Old June 24th, 2011, 10:51 AM
Diane Morin's Avatar
Diane Morin Diane Morin is offline
Éditeur et Directeur de Francophones des FluTrackers
 
Join Date: Mar 2007
Location: Ville de Québec
Posts: 33,456
Default Re: Grande-Bretagne: situation économique et impacts

GB: les banques menacées par la dette

Reuters
24/06/2011 | Mise à jour : 15:25 Réagir
La crise de la dette dans la zone euro constitue la plus grande menace pesant sur la stabilité financière de la Grande-Bretagne, a estimé vendredi le nouveau Comité de politique financière britannique, exhortant les banques britanniques à faire preuve de la plus grande transparence sur le sujet.

L'organisme de surveillance, présidé par le gouverneur de la Banque d'Angleterre Mervyn King, a notamment pressé les banques d'utiliser leurs bénéfices pour renforcer leurs fonds propres, sans toutefois donner de chiffres.

/.../

Le Comité ne va pas jusqu'à recommander de limiter les dividendes, comme l'ont fait les autorités américaines. Certains craignent que l'accent mis en Grande-Bretagne et ailleurs sur le renforcement des fonds propres n'entrave la capacité des banques à prêter aux ménages et aux entreprises. "Le coût de la réglementation est énorme actuellement. Plus on insiste, plus grand est le risque que les banques se retrouvent coincées dans leur capacité à prêter à l'économie", dit Christopher Wheeler, analyste de Mediobanca. /.../


http://www.lefigaro.fr/flash-eco/201...r-la-dette.php
Reply With Quote
  #23  
Old June 25th, 2011, 04:52 AM
Diane Morin's Avatar
Diane Morin Diane Morin is offline
Éditeur et Directeur de Francophones des FluTrackers
 
Join Date: Mar 2007
Location: Ville de Québec
Posts: 33,456
Default Re: Grande-Bretagne: situation économique et impacts

Grande-Bretagne : la grève générale contre la rigueur, le 30 juin

Libération.fr
06/25/11 | Commentaires [0]

Les syndicats, notamment ceux de la fonction publique, se mobilisent contre le programme d’austérité du gouvernement de coalition des conservateurs et libéraux-démocrates.

Dave Prentis, secrétaire général d’Unison, le plus important syndicat britannique de la fonction publique (1,2 million de membres), a déclaré devant ses délégués réunis à Manchester pour leur congrès annuel : «Nous espérons le meilleur, nous espérons des négociations, mais nous nous préparons pour le pire», a-t-il emphatiquement ». Le pire, a-t-il promis, sera la plus importante grève générale qu’ait connue le Royaume-Uni depuis 1926.

Les syndicats protestent contre la politique d’austérité du gouvernement de coalition (conservateurs et libéraux-démocrates) en général et la réforme des retraites en particulier. Un défi qui met à rude épreuve la fragile alliance entre les tories de David Cameron et les libdems de Nick Clegg, qui gère le pays depuis un an après plus d’une décennie de règne sans partage des travaillistes.

/.../

L’attaque contre les retraites du secteur public pourrait être l’élément qui rassemble l’opinion autour d’un vaste mouvement de protestation générale, a affirmé Liz Chinchen, porte-parole du Trade Union Congress (TUC), la confédération des syndicats britanniques. La réforme des retraites entre dans le cadre du vaste programme d’austérité entamé juste après l’arrivée au pouvoir, il y a exactement un an, du gouvernement du conservateur David Cameron. L’objectif reste de réduire drastiquement le déficit budgétaire d’ici 2014, notamment grâce à la suppression de 330 000 emplois publics.

/.../

http://www.lexpress.mu/story/25867-g...e-30-juin.html
Reply With Quote
  #24  
Old June 25th, 2011, 11:13 AM
Diane Morin's Avatar
Diane Morin Diane Morin is offline
Éditeur et Directeur de Francophones des FluTrackers
 
Join Date: Mar 2007
Location: Ville de Québec
Posts: 33,456
Default Re: Grande-Bretagne: situation économique et impacts

Glastonbury: le concert de U2 cible de militants contre l'évasion fiscale



Un groupe militant a appelé à manifester vendredi soir pendant le concert du groupe rock U2, qu'ils accusent d'évasion fiscale, au festival de Glastonbury (sud-ouest de l'Angleterre).

"The Art Uncut", un groupe militant qui combat le programme d'austérité du gouvernement britannique et cible particulièrement les entreprises qui ne paieraient pas leurs impôts, a annoncé qu'il interviendrait pendant le concert en déployant une banderole gonflable.

Le groupe irlandais a tranféré aux Pays-Bas le siège de U2 Limited, qui gère une partie de sa fortune, en 2006 après un changement de la fiscalité sur les royalties en Irlande.

La décision avait fait des remous, alors que le groupe et son chanteur Bono sont connus pour leur engagement militant, notamment sur la dette africaine.

"Bono est connu pour ses campagnes contre la pauvreté mais nous l'accusons d'hypocrisie", a indiqué Charlie Dewar de Art Uncut.

/.../

http://fr-ca.actualites.yahoo.com/glastonbury-le-concert-u2-cible-militants-contre-l%c3%a9vasion-125353259.html
Reply With Quote
  #25  
Old July 3rd, 2011, 04:55 AM
Diane Morin's Avatar
Diane Morin Diane Morin is offline
Éditeur et Directeur de Francophones des FluTrackers
 
Join Date: Mar 2007
Location: Ville de Québec
Posts: 33,456
Default Re: Grande-Bretagne: situation économique et impacts

Publié le 30 juin 2011 à 16h18 | Mis à jour le 30 juin 2011 à 16h18

Elizabeth II voit son budget réduit par le gouvernement


Agence France-Presse
Londres, Royaume-Uni

Le budget de la reine d'Angleterre n'échappe pas à l'austérité décrétée par le gouvernement britannique, les députés ayant approuvé jeudi une baisse historique de 9% des fonds publics accordés à la famille royale pour ses déplacements officiels et engagements d'ici 2015.


La monarchie doit recevoir de la part de l'Etat britannique 35 millions de livres (56 millions de dollars) en 2014-2015 pour couvrir ses activités publiques, a annoncé le ministre des Finances, George Osborne.

«Si l'on tient compte de l'inflation, cela représente une baisse d'environ 9%» du budget accordé à la monarchie par rapport au précédent, a-t-il affirmé.

/.../

http://www.cyberpresse.ca/internatio...uvernement.php
Reply With Quote
  #26  
Old July 4th, 2011, 09:01 PM
Diane Morin's Avatar
Diane Morin Diane Morin is offline
Éditeur et Directeur de Francophones des FluTrackers
 
Join Date: Mar 2007
Location: Ville de Québec
Posts: 33,456
Default Re: Grande-Bretagne: situation économique et impacts

Le Point.fr - Publié le 30/06/2011 à 19:12 - Modifié le 30/06/2011 à 19:16

La Grande-Bretagne entre dans l'ère de la grève

La fonction publique a organisé une journée de grève sans précédent contre la réforme des retraites du gouvernement.

Par ARMIN AREFi

Après avoir plié sur la réforme du système de santé publique (NHS), le gouvernement de coalition britannique va-t-il reculer sur sa nouvelle réforme des retraites ? Il a dû faire face jeudi à son plus grand défi depuis l'arrivée au pouvoir du Premier ministre David Cameron en mai 2010. Des centaines de milliers de salariés du secteur public ont organisé une grève nationale à travers le pays, fait rare en Grande-Bretagne, provoquant la fermeture de milliers d'écoles, de tribunaux et de bâtiments publics, après l'appel lancé par quatre syndicats, trois d'enseignants et un de la fonction publique.

À l'origine de ce mouvement exceptionnel - la dernière grande grève au Royaume-Uni remonte à mars 2006 -, la volonté du gouvernement de coalition de droite de s'attaquer à une réforme du système des retraites afin de combler un déficit budgétaire qui a dépassé cette année les 10 % du PIB. L'une de ses mesures phares consistera à repousser à 66 ans l'âge de la retraite en 2020, contre 65 ans aujourd'hui (60 ans pour les femmes).

Le stoïcisme anglais mis à mal

"Cette journée de grève est une véritable réussite", déclare au Point.fr Kevin Courtney, secrétaire général de l'Union nationale pour les professeurs (NUT). "Les travailleurs refusent simplement de cotiser plus, travailler plus longtemps et recevoir moins de retraite." Selon le syndicaliste, l'augmentation du taux de cotisation pourrait avoisiner 50 % dans certains cas notamment pour les enseignants contre 3,2 % pour l'ensemble de la fonction publique. Une mesure inacceptable pour un secteur public déjà touché par des gels de salaire et la suppression de 300 000 emplois.

/.../

http://www.lepoint.fr/monde/la-grand...1347996_24.php
Reply With Quote
Reply


Currently Active Users Viewing This Thread: 1 (0 members and 1 guests)
 
Thread Tools Search this Thread
Search this Thread:

Advanced Search
Display Modes

Posting Rules
You may not post new threads
You may not post replies
You may not post attachments
You may not edit your posts

BB code is On
Smilies are On
[IMG] code is On
HTML code is On


Disclaimers:

The reader is responsible for discerning the validity, factuality or implications of information posted here, be it fictional or based on real events. Moderators on this forum make every effort to review the material posted on this site however, it is not realistically possible for our staff to manually review each post.

The content of posts on this site, including but not limited to links to other web sites, are the expressed opinion of the original authors or posters and are not endorsed by, or representative of the opinions of, the owners or administration of this website. The posts on this website are the opinion of the specific author or poster and should not be construed as statements of advice or factual information.

Not all posts on this website are intended as truthful or factual assertion by their authors. NO posts on this website should be considered factual information on face value alone. Users are encouraged to USE DISCERNMENT and do their own follow up research while reading and posting on this website. FluTrackers.com Inc. reserves the right to make changes to, corrections and/or remove entirely at any time posts made on this website without notice. In addition, FluTrackers.com Inc. disclaims any and all liability for damages incurred directly or indirectly as a result of a post on this website.

This site is provided "as is" without warranty of any kind, either expressed or implied. You should not assume that this site is error-free or that it will be suitable for the particular purpose which you have in mind when using it. In no event shall FluTrackers.com Inc. be liable for any special, incidental, indirect or consequential damages of any kind, or any damages whatsoever, including, without limitation, those resulting from loss of use, data or profits, whether or not advised of the possibility of damage, and on any theory of liability, arising out of or in connection with the use or performance of this site or other documents which are referenced by or linked to this site.

Finally, FluTrackers.com Inc. reserves the right to delete, correct, or make changes to any post on this website without notice at any time for any reason.

Fair Use Notice:
This site may contain copyrighted material the use of which has not always been specifically authorized by the copyright owner. Users may make such material available in an effort to advance awareness and understanding of issues relating to public health, civil rights, economics, individual rights, international affairs, liberty, science & technology, etc. We believe this constitutes a 'fair use' of any such copyrighted material as provided for in section 107 of the US Copyright Law. In accordance with Title 17 U.S.C.Section 107, the material on this site is distributed to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes.

In accordance with industry accepted best practices we ask that users limit their copy / paste of copyrighted material to the relevant portions of the article you wish to discuss and no more than 1 paragraph, and in no case more than 50% of the source material provide a link back to the original article and provide your original comments / criticism in your post with the article. Please remember you are responsible for what you post on the internet and you could be sued by the original copyright holder if you do not honor these rules.

If you are a legal copyright holder or a designated agent for such and you believe a post on this website falls outside the boundaries of "Fair Use" and legitimately infringes on yours or your clients copyright

we may be contacted concerning copyright matters at:

FluTrackers.com Inc.
c/o Sharon Sanders
1676 Hibiscus Avenue
Winter Park, Florida 32789
Phone: 407-745-1513
E-Mail: flutrackers@earthlink.net

In accordance with section 512 of the U.S. Copyright Act our contact information has been registered with the United States Copyright Office. "Safe Harbor" noticing procedures as outlined in the DMCA apply to this website concerning all 3rd party posts published herein.

If notice is given of an alleged copyright violation we will act expeditiously to remove or disable access to the material(s) in question.

All 3rd party material posted on this website is the copyright of the respective owners / authors. FluTrackers.com Inc. makes no claim of copyright on such material.

For more information please visit: http://www.law.cornell.edu/uscode/17/107.shtml

Please be aware any communications sent complaining about a post on this website may be posted publicly at the discretion of the administration.

FluTrackers Does Not Provide Any Medical Advice:

FluTrackers, Inc. does not provide medical advice. Information on this web site is collected from various internet resources, and the FluTrackers board of directors makes no warranty to the safety, efficacy, correctness or completeness of the information posted on this site by any author or poster.

The information collated here is for instructional and/or discussion purposes only and is NOT intended to diagnose or treat any disease, illness, or other medical condition. Every individual reader or poster should seek advice from their personal physician/healthcare practitioner before considering or using any interventions that are discussed on this website.

By continuing to access this website you agree to consult your personal physican before using any interventions posted on this website, and you agree to hold harmless FluTrackers.com Inc., the board of directors, the members, and all authors and posters for any effects from use of any medication, supplement, vitamin or other substance, device, intervention, etc. mentioned in posts on this website, or other internet venues referenced in posts on this website.

By using and/or accessing this site, either passively or actively, you are agreeing to all of the above conditions. Also, by using and/or accessing this site, either passively or actively, you agree to conduct all business and legal affairs related to this website in the jurisdiction of Flutrackers.com Inc. which is registered in Central Florida, USA.

These Disclaimers are subject to change at anytime.

Email the Webmaster with questions or comments about this site at flutrackers@earthlink.net


All times are GMT -4. The time now is 04:00 PM.


H1N1 Influenza Swine Flu Avian Flu Infectious Diseases. Powered by vBulletin® Version 3.8.7
Copyright ©2000 - 2014, Jelsoft Enterprises Ltd.
Template-Modifications by TMS